10-04 MÉDIA est une plate-forme d’information rapide et axée sur les faits-divers et le commentaire. Nous sommes une équipe de passionnés qui a le désir de vous informer sans contrainte et manipulation de quiconque. Notre seul objectif est de vous transmettre les faits tels qu’ils sont.

Effondrement à la Mine Westwood : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Chef a domicile


Effondrtement-a-la-Mine-Westwood-la-CNESST-devoile-les-conclusions-de-son-enquete
westwood

Le 26 mai 2015, un effondrement à la Mine Westwood, exploitée par l’entreprise IAMGOLD Corporation, a retenu sous terre neuf travailleurs. Une opération de sauvetage, qui a duré plus de quinze heures, a été nécessaire. À la suite de son enquête, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) retient plusieurs causes pour expliquer cet événement.

La CNESST rend aujourd’hui publiques les conclusions de son enquête et rappelle à tous les employeurs leur obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires. Rappelons qu’au Québec, entre 2010 et 2014, 2 travailleurs par jour ont subi un accident du travail dans le secteur minier.

Neuf travailleurs retenus sous terre

Le 26 mai 2015, dans la Mine Westwood, un séisme d’une magnitude de 3,2 mN (magnitude de Nuttli) et un autre d’une magnitude de 2,7 mN sont ressentis. Une rupture de pilier rocheux cause alors des effondrements de terrain dans quatre sous-niveaux du niveau 104 de la mine, emprisonnant sous terre neuf travailleurs.

Mieux identifier les dangers

L’enquête a permis à la CNESST de retenir quatre causes pour expliquer l’événement.

Premièrement, les plans et devis du développement du niveau 104 de la mine ont été conçus avec des données géomécaniques et des études de faisabilité incomplètes.

Deuxièmement, l’excavation d’accès du sous-niveau 104-04 a provoqué la rupture du pilier rocheux.

Troisièmement, le support de terrain et son installation ne répondaient pas aux conditions de terrain dans certains secteurs du niveau 104 de la mine, ce qui a engendré la détérioration des piliers.

Finalement, la présence de divers types de roches dans le massif rocheux du niveau 104 a causé un écart important dans sa capacité à soutenir les contraintes.

La CNESST exige des correctifs

À la suite de l’effondrement, la CNESST a interdit l’accès aux sous-niveaux 104-02 à 104-10 du niveau 104 de la mine à des fins d’enquête.

De plus, la CNESST a exigé de l’employeur que des mesures soient mises en place pour évaluer et contrôler le soutènement de terrain dans l’ensemble du niveau 104. L’employeur s’étant conformé à cette exigence, les travaux ont pu reprendre.

En lien avec cet accident, la CNESST a délivré à l’employeur, IAMGOLD Corporation, un constat d’infraction. Pour cette infraction, l’amende peut varier de 16 124 $ à 64 495 $ pour une première offense, et de 32 248 $ à 161 240 $ en cas de récidive.

Mesures de prévention

Afin d’éviter qu’un tel événement se reproduise, la CNESST informera l’Association minière du Québec et l’Association des entrepreneurs miniers du Québec des conclusions de cette enquête afin qu’elles sensibilisent leurs membres.

De plus, le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dans le cadre de son partenariat avec la CNESST, diffusera le rapport d’enquête dans les établissements de formation qui offrent le programme d’études    Extraction de minerai.