Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Halloween: préparez-vous à affronter les vampires!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 523 autres abonnés

 

 

 

 

À l’approche de l’Halloween (de All Hallow Even… veille de la Toussaint), cette fête annuelle du 31 octobre comparable à la mi-carême (Mardi Gras) où, au Canada, les enfants masqués et déguisés viennent présenter des sacs ou des paniers pour qu’on y dépose des friandises, imaginez vous donc que je suis en train de lire Dracula, d’après Bram Stoker.

Publié par Sélection du Reader’s Digest dans la série La Bibliothèque des classiques (dès 7 ans), ce livre m’accroche, moi qui ne lis pratiquement jamais de romans. Pourquoi? Parce que ce volume d’une soixantaine de pages, adaption française de Dracula publié par Dorling Kindersley, met en contexte ce qui a amené à la rédaction du célèbre ouvrage, en 1897.

Beaucoup d’éléments vrais ont guidé l’écrivain. On y explique que si nul ne dispute à Dracula le titre de plus célèbre des vampires, il n’a pourtant pas été le premier. Il y a bien longtemps que les monstres suceurs de sang hantent mythes et légendes venus des quatre coins du monde. Ces récits terrifiants ont commencé à être consignés au 19e siècle. Et c’est à la fin du 20e qu’a été édité le roman qui devait donner au Prince des vampires ses lettres de noblesse. B. Stoker a créé le personnage du comte de Dracula à partir d’un homme bien réel, Vlad III l’Empaleur, qui a vécu au 15e siècle en Valachie.

Stoker a planté le décor de son roman dans les brumes mystérieuses de la Transylvanie, qui se trouve dans l’actuelle Roumanie tout comme la Valachie. Tout ce qui a inspiré l’auteur est là: le pays, l’étrange atmosphère des régions concernées, leurs paysages, leurs populations, leurs superstitions, la culture Tsigane, le Château de Bran, Klausenburgh (hui Cluj), Bistritz, le col de Borgo dans la chaîne de montagnes des Carpates, etc. Cette histoire immortelle aborde: Saint Georges, qui a terrassé un dragon pour délivrer une princesse et protège contre les vampires; le chapelet, ce collier-compteur composé d’une croix (arme contre les vampires) et de grains que le fidèle fait glisser entre ses doigts pendant qu’il récite ses prières; les croix en bordure des routes (un peu comme les nôtres pour marquer nos morts lors de tragédies routières, mais surtout comme nos belles croix de chemins, toutes blanches); les loups et du coup le loup-garou; le célèbre Château de Bran qui était à vendre ces dernières années au coût de plusieurs dizaines de millions de dollars américains; ses passages secrets et ses souterrains; des démons féminins Lamies, Lilith et Striges et la déesse de la mythologie de l’Inde Kali représentée entourée de crânes et buvant le sang de ses victimes; la Pleine Lune; les somnambules; l’anémie; les cheminées; l’ail; les crocs; le cimetière  »inspirant » de Highgate à Londres; les rites funéraires; les légendes de vampires et de leur pouvoir dont les métamorphoses; le crépuscule; les offrandes sacrées dont l’hostie et le vin, symboles du corps et du sang du Christ; le crucifix d’argent (l’image du Christ et ce métal font reculer les vampires); les cierges qui dissipent les ténèbres, symbolisant Jésus-Christ la lumière du monde, protection puissante contre les forces du mal; le passe-partout; le miroir; le pistolet; le kriss, un poignard redoutable; le couteau et le pieu pour détruire les vampires….. Enfin, mon bouquin touche à l’après Dracula et on peut y lire dans tout ce qui en découle que le film le plus proche du roman de Stoker est le Dracula de Coppola avec Gary Oldman dans le rôle du compte. En terminant, si vous voulez avoir vraiment du plaisir, écoutez sans faute pour l’Hallowen, le Bal des vampires de Roman Polanski. Vous allez rire et serez à coup sûr satisfait de votre petite soirée!

PUB