Dixquatre.com est une plate-forme d’information rapide et axée sur les faits-divers et le commentaire. Nous sommes une équipe de passionnés qui a le désir de vous informer sans contrainte et manipulation de quiconque. Notre seul objectif est de vous transmettre les faits tels qu’ils sont.

LES POLICIERS DE VAL-D’OR DÉNONCENT L’INIQUITÉ DES HUIT RETRAITS ADMINISTRATIFS

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 119 autres abonnés

Communiquer : anonyme

10-04 MÉDIA
10-04 MÉDIA

Pour la première fois depuis le déclenchement de la crise de Val-d’Or, il y a un an, les policiers du poste principal de la MRC de la Vallée-de-l’Or dénoncent publiquement le traitement administratif réservé à huit collègues, une sanction inéquitable selon eux. Dès samedi, date anniversaire du début de la crise, les agents valdoriens et près de 2 500 confrères de la Sûreté du Québec à travers la province démontreront leur mécontentement. Les policiers arboreront un bracelet rouge identifié 144, soit le numéro du poste de Val-d’Or. 14804878_974491872662554_401414415_n
Le bracelet, porté en évidence, sera orné de huit étoiles en référence aux agents qui ont été cavalièrement suspendus puis placés en retrait administratif il y a maintenant un an. Ces huit policiers ont été retirés de la route et ont subi un traitement hors du commun dans le raz-de-marée occasionné par la diffusion d’un reportage de l’émission Enquête, le 22 octobre 2015. Ces agents étaient sous enquête pour des allégations qui n’avaient rien à voir avec les crimes sexuels rapportés dans l’émission. En aucun cas, les policiers de Val-d’Or veulent cibler les personnes qui ont porté plainte au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), ni soutenir ou défendre des agresseurs sexuels. logo-radio-canada

Toutefois, ils tiennent à répéter qu’aucun des policiers retirés de leurs fonctions ne fait l’objet d’une enquête pour des infractions à caractère sexuel. Pourtant, ils ont été constamment associés à ces crimes sexuels horribles par les médias. Un an plus tard, deux d’entre eux ont été blanchis mais six autres, cinq hommes et une femme, sont toujours en retrait administratif alors qu’aucune accusation criminelle ne pèse contre eux. Depuis un an, des demandes répétées d’informations ont été logées auprès de la Sûreté du Québec, mais ses policiers n’ont jamais eu de réponse satisfaisante. Le port du bracelet est donc une réponse à cette situation, espérant qu’ils n’aient pas à recourir à d’autres moyens pour se faire entendre.

10-04 MÉDIA
10-04 MÉDIA

La Sûreté du Québec (SQ) ou l’Association des policiers et policières du Québec (APPQ) ne sont aucunement impliquées dans cette démarche. Il s’agit d’un mouvement créé par les patrouilleurs. Il ne s’inscrit pas dans le cadre des négociations en cours entre l’APPQ et le Gouvernement du Québec pour le renouvellement du contrat de travail. De plus, les policiers n’altéreront aucunement la qualité du service offert aux citoyens. Les policiers de Val-d’Or tiennent d’ailleurs à remercier les gens qui ont manifesté un soutien à leur égard dans la dernière année et qui ont su faire la part des choses devant cette crise sans précédent.pub