J’ai abordé le marché du travail avec des idées préconçues, à l’effet que les patrons étaient des exploiteurs, que les normes du travail étaient instaurées pour protéger les droits des travailleurs et qu’on devait faire valoir ces normes «minimales». Au fil des années, j’ai constaté que ceux qui réussissaient là où j’échouais, tenaient un tout autre genre de discours, et j’ai décidé de m’en inspirer. Ce fut le début de mon virage à droite et, de façon étonnamment rapide, de l’augmentation de mes revenus et de ma qualité de vie. D’où ma devise : Toujours indulgente, jamais complaisante.
Espiègle et polémiste, j’aime le choc des idées.

Je suis impliquée depuis quelques temps dans le Parti conservateur du Québec, mettant ainsi en actions ma principale passion, la politique.

Prends au moins soin de la mère ou du père de tes enfants

Ce billet est comme une bouteille à la mer

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 529 autres abonnés

 

 

 

 

Vous avez déjà assisté à la descente aux enfers d’un proche que vous aimez? Pas un vague TDC, mais une personne pleine d’allure et de potentiel qui a du mal à affronter une difficulté de la vie et semble se laisser aller vers le bas?

Je comprends que la vie est pleine d’embûches. Que les blessures du passé tendent à nous suivre et que parfois, la goutte d’eau ne fait pas juste déborder le vase, mais le fait céder tel un barrage.

Je comprends.

Je comprends que parfois, la fatigue nous gagne, et la force nous abandonne.

Je comprends.

Je comprends que les blessures du passé nous laissent l’impression qu’on n’en vaut pas la peine, et que parfois, on veut juste engourdir la douleur et ne penser à rien d’autre.

Je vous assure, je comprends.

Je ne comprends pas juste intellectuellement, je le comprends dans mes tripes. J’ai senti le poids du passé. J’ai senti la fatigue. J’ai eu l’impression de ne pas en valoir la peine.

Mais quand vous avez des enfants, je ne comprends pas.

Je ne comprends pas que vous dépensiez 100$ un soir dans un bar, un casino ou autre, mais que vous n’ayez pas 100$ pour obtenir de l’aide professionnelle.

Tu sens que comme femme, tu ne vaux pas la peine de prendre soin de toi? Et si tu prenais soin de la mère de tes enfants?

Tu sens que comme homme tu n’en vaux pas la peine? Et si tu prenais soin du père de tes enfants?

«Si vous avez des enfants, il est de votre devoir d’être la meilleure version possible de vous-mêmes. Aucune excuse n’est acceptable pour offrir moins.»

Un cycle de violence, de négligence, de détresse, ça se brise par une personne qui décide d’être le père, la mère dont il aurait eu besoin. Et pour ça, il faut être la meilleure version de soi-même.

Aucun obstacle ne justifie d’abandonner.

Aucun niveau de difficulté ne justifie de rater sa vie.

Ce sera plus difficile? Soit! Travaille plus fort!

Ce sera plus long? Soit! Travaille plus longtemps! Au final, tu n’en seras que plus fier (ou fière)!

Pensez aux défis qui attendent les enfants dont un des parents s’est suicidé, est mort d’une surdose de drogue/médicaments, est accro à la drogue, l’alcool, les machines, a été absent lors de moments importants, etc.

Un parent est d’abord et avant tout un modèle! Soyez la meilleure version de vous-mêmes et soyez source d’inspiration pour eux. Ils verront comment vous avez surmonté les difficultés de la vie et du coup prendront confiance en leur propre capacité de résilience.

Il n’y a aucune honte à vivre des difficultés.

Il n’y a aucune honte à faire un pas de côté avant de se ressaisir.

Il n’y a aucune honte à demander de l’aide quand on n’y arrive pas seul(e).

Mais il y a une grande fierté à se sortir la tête de l’eau après avoir touché le fond. Si vous avez des enfants, il est de votre devoir d’être la meilleure version possible de vous-mêmes. Aucune excuse n’est acceptable pour offrir moins.

Si vous n’avez pas d’enfants, vous avez le droit de rater votre vie. Mais je vous encourage tout de même à faire comme si vous en aviez et à déployer toutes vos ressources pour actualiser votre plein potentiel.

Sur le site de l’Ordre des psychologues du Québec, vous pouvez trouver dans votre région un professionnel qualifié pour le type de problématique pour lequel vous souhaitez obtenir de l’aide.

Parce que nous en vallons tous la peine.

Êtes-vous dans une situation de crise? Besoin d’aide? Si vous êtes au Canada, trouvez des références web et des lignes téléphoniques ouvertes 24h par jour dans votre province en cliquant sur ce lien.

Vous pouvez suivre Jessie Mc Nicoll dans sa chronique tous les mardis vers 17h15 sur les ondes du 101,5 fm?
http://www.fm1015.ca/emission/le-retour/

PUB