Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

L’EST CANADIEN A ÉTÉ LA CIBLE DE 2 DES 4 PLUS GROSSES MÉTÉORITES AU MONDE

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 530 autres abonnés

 

 

 

 

L’Ontario et le Québec peuvent s’enorgueillir de posséder chacun un des quatre plus grands cratères d’impact de météorites confirmés de la Terre. Sudbury est le deuxième (2e), Manicouagan le quatrième (4e).
Sudbury est située à seulement 350 kilomètres de Rouyn-Noranda (et à 460 km de Val-d’Or), Abitibi, Québec. Vu d’une  »balle de nickel » arrivant de l’espace à une vitesse fulgurante, c’est pour ainsi dire au même endroit!
Ces trophées pour l’Est canadien reposent certes sur des cataclysmes du passé, mais on n’y peut rien. L’être humain n’en est pas responsable, ni d’ailleurs aucune créature vivante dans l’évolution!
Un monstre minéral de 10 km de diamètre a en effet percuté le Nord-Est ontarien il y a 1,8 milliard d’années, à la fin de la sous-période Aphébienne de la période Protérozoïque de l’ère géologique précambrienne, affectant une zone d’une superficie de 1,6 million de kilomètres carrés. Le cratère de Sudbury a un diamètre de 200 km. On retrouve dans ce bassin de riches réserves de nickel probablement reliées à cette pantagruélique météorite.
Sudbury est un des plus vieux cratères au monde avec ses 1,8 milliard d’années. La Terre a 4,6 milliards d’années. L’âge de l’Univers est estimé à 10 milliards.
Un autre impact de météorite à Sudbury
Comme par hasard, Sudbury a été la cible d’un autre impact météoritique plus récent. En effet, le lac Wanapite, qu’on aperçoit très bien sur une carte dans ma publication d’origine, au nord-est de l’ovale formé par le cratère du bassin de Sudbury, cache un autre cratère d’impact formé par une météorite qui a heurté le continent nord-américain il y a cette fois  »seulement » 37 millions d’années, durant l’Éocène supérieur.
L’âge de cet astroblème se situerait quelque part dans l’Eocène supérieur (Tertiaire supérieur). Le cratère proprement dit a un diamètre estimé entre 3 et 7,5 km, mais il est actuellement recouvert par un lac de dimensions sensiblement plus importantes (16,5 km de longueur et 14 km de largeur).
L’origine météoritique de la structure a été établie au milieu des années 1970. On trouve en effet autour du lac des  »nodules de suévites » ou brèches d’impact, lesquelles sont friables (qui s’effritent facilement) et recèlent des particules de verre sombre. Certains contiennent également de la coésite, un minéral produit par un métamorphisme de très haute pression et caractéristique des structures d’impact.
Ce cratère est situé à la limite est du Bassin de Sudbury, je le rappelle, un cratère d’impact également, beaucoup plus grand.
Il s’agit d’une pure coïncidence, la structure de Sudbury datant de l’ère Protérozoïque, il y a environ 1,8 milliard d’années. Quelque 1,5 milliard d’années séparent les deux événements qui ne sont par conséquent reliés en rien.
Le cratère de Manicouagan
Un bolide d’un diamètre de 5 kilomètres a aussi frappé la Côte-Nord, au Québec, mais beaucoup plus tard dans les temps géologiques, il y a 215 millions d’années en fait, en plein dans la période Jurassique. C’était durant l’ère géologique Secondaire ou Mésozoïque, alors qu’il y avait des dinosaures, dans les contrées où se situent aujourd’hui le Canada, les États-Unis d’Amérique et le Mexique. Le redoutable visiteur de l’espace a aussi formé un cratère de 100 km de diamètre à Manicouagan.
C’est un des plus vieux sur Terre. Sa structure est qualifiée de multicirculaire, incluant la formation en son centre d’un lac rond de 70 km de diamètre qui est exploité comme réservoir pour un des plus importants barrages-centrales hydroélectriques du Québec. Il se déverse dans le fleuve St-Laurent, un colossal évacuateur de crue naturel de l’Est nord-américain après l’ouverture il y a environ 12 000 ans de la barrière naturelle que formait l’inlandsis laurentidien entre les 49e et 46e parallèles.
Le cratère de Manicouagan serait le principal d’une série de cratères formés en même temps, lors de l’arrivée au sol de plusieurs météorites peut-être issues du fractionnement par explosion d’un unique météore beaucoup plus volumineux.
La fin des dinosaures
Diverses espèces de dinosaures vivaient encore en Amérique du Nord jusqu’à l’extinction massive de la fin du Crétacé correspondant à la chute du bolide ayant donné naissance au troisième (3e) plus important cratère de la Terre (180 km de diamètre), celui de Chicxulub dans la péninsule du Yucatan au Mexique, il y a 65 millions d’années. Ç’a été la fin des  »terribles lézards ». La boule massive qui a alors percuté la planète à cet endroit faisait 10 km de diamètre.
À la lecture des écrits sur les météorites, on remarque qu’une météorite d’un diamètre X donne toujours un cratère d’un diamètre 20 fois supérieur, plus ou moins.
Le no 1
Le plus grand cratère au monde est par ailleurs celui de Vredefort Dome dans le Free State, en Afrique du Sud. Une météorite de 15 km de diamètre l’a formé (un diamètre de 300 km). Ce serait survenu il y a 4 millions d’années. Géologiquement, c’est extrêmement récent. Cela correspond à vers la fin du système Tertiaire, juste avant le Quaternaire, où les grandes glaciations, dont celle du Wisconsin (d’une durée de 90 000 ans) ont commencé.