Tout un scandale

Chef a domicile


Claude-Aubin-debarque-sur-10-04
Claude Aubin

Cette semaine, en ouvrant le journal de mon quartier, j’y ai vu une terrifiante caricature. Un gros bonhomme en djellaba, bedonnant et frisottant, ressemblant vaguement à mon premier ministre bien aimé, lançant des roches à une dame aux airs de la méchante mégère Fatima Houda Pépin. Quel crime de «lèse-majesté»! Cette ignominie me porterait presque à partir une pétition pour la pendaison de ce caricaturiste mécréant qui se sert de son droit de parole, dans ce cas-ci de dessin, pour nous faire sourire et surtout réfléchir un peu.

En fait, je n’y aurais porté que très peu d’attention, si notre premier ministre n’avait associé ce dessin à un meurtre. Oui, oui… à rien de moins qu’à un meurtre. À bien y regarder, mais oui… Le gros bonhomme lançant des cailloux semble vouloir attraper la dame, mais au tas de roches dessinées tout autour de celle-ci, ce n’est pas demain la veille qu’il finira par l’attraper.

Maintenant Monsieur le premier Ministre, faire intervenir ses sbires pour tenter de retirer cette caricature, c’est tout juste assez proche des dictatures dans lesquelles vous avez déjà travaillé. Vous voici devant les caméras, rouge de colère, proche de l’apoplexie, les veines gonflées prêtes à éclater et drapées de votre toge de probité, crier à l’injustice presque à l’Islamophobie. C’est sûrement dans l’air en ce moment. Duplessis et l’église avaient ce réflexe dans les années 50. Ces pratiques radicales sont dépassées, souffrez qu’on n’y revienne pas.

Cher premier ministre, je ne sais pas si vous comprenez que dans nos urgences des gens attendent pendant plus de vingt heures et même y meurent faute de soins.

Cher premier ministre, je ne sais pas si vous comprenez que dans nos urgences des gens attendent pendant plus de vingt heures et même y meurent faute de soins. Savez-vous que par un grand souci de conformité, dans un C.H.S.L.D. sept ainés se seraient retrouvés sans une petite liqueur au souper? Je sais, c’est pour leur bien, ils pourraient détruire leur santé avec tout ce sucre et peut-être même à en mourir. Parlant de santé, vous êtes au courant que les repas à 2,50$ et moins par personne sont encore dégueulasses. Que des opérations sont encore retardées, qu’il faut parfois plus de six mois et même deux ans, pour voir un spécialiste. Que plus en plus de médecins nous poussent vers des cliniques privées. Qu’il y a encore des scandales politiques concernant les CHUM et CUSUM au gouvernement. Je trouve franchement moins agressant ce dessin que ces mots: référendum lancé aux trente secondes pour faire peur au monde, le mot restriction pour nous faire croire à la faillite du Québec due à 18 mois de gouvernance de l’ancien gouvernement ou à ce : «Je ne connais à peine ce Monsieur à la canne à pêche qui me serre tout contre lui.»

Vous aurez beau tenter de les enterrer, des cadavres, ça sent mauvais. Sachez que les amis des amis deviennent parfois encombrants.

Alors, quand je vois faire cette ridicule montée de lait pour une caricature, vous ne me faites pas rire. Je vous trouve pathétique. Ou, était-ce pour noyer un poisson comme le frère du ministre s’en sortant sans accusation?

«On m’associe à un meurtre.»

Non monsieur, on ne vous associe pas à un meurtre, mais bien à de la démagogie, de l’aplaventrisme, de la veulerie et à de l’hypocrisie.