Claude Aubin

Claude Aubin: Sergent détective à la retraite du S.P.V.M., il a travaillé sur les groupes organisés tels la mafia Russe, les groupes Jamaïcains, les Pakistanais et les gangs de rues. Il aura plus de 5,000 arrestations à son palmarès. Puis de 2003 à 2012 il devient chroniqueur au Photo Police, en plus d’écrire trois livres et faire un peu de cinéma. En 2014, il se retrouve blogueur au Huffington Post. Et devient collaborateur au 10-04

« La nuit des Désillusions » par Claude Aubin

Chef a domicile


L’an prochain, à la Saint-Jean ça fera 50 ans que la plus grosse émeute nationaliste a eu lieu à Montréal.

Le livre « La nuit des Désillusions » raconte cette nuit là, vu par un jeune flic de 20 ans, au moment des faits. Si vous aimez l’histoire te surtout les petites histoires de cette histoire, vous adorerez le livre. Tout y est véridique et surtout sans fard.

Des gens blessés, des chevaux tailladés, des policiers dépassés et un peu d’humanité dans une mer de folie sans nom.

Vous serez aux premières loges coude à coude avec des personnages réels.

Le livre est en commande chez Renaud Bray ou sur le site

http://www.claudeaubin.com/

Claude Aubin: Nuit de la Saint-Jean-Baptiste 1968


Ce que disent les lecteurs.

Salut Claude,
Un mot pour te dire que j’ai lu presque d’une traite ton livre. 43 années après cette fameuse nuit de la St-Jean, je suis ébloui par ta mémoire des événements. Ton récit se lie très bien, pas de temps morts et l’écriture est excellente. Personnellement, je pense que ces événements s’inscrivent en droite ligne avec la fameuse Émeute du Forum. Faut croire que la marmite québécoise commençait à déborder drôlement. Encore une fois bravo! Jean-Pierre Dagenais

Olivier Leclerc
Salut Claude, je viens de terminer La Nuit des désillusions… merci pour ce témoignage à ceux comme moi qui n’ont pas vécu cette nuit historique! Merci aussi pour ta franchise (et ton manque de rectitude politique, comme toujours!) ainsi que ton humanité!merci pour ce récit émouvant ! Je viens d’en terminer la lecture et j’en suis toute retournée par la tournure inattendue des événements, par l’horreur, l’impuissance et le désespoir que vous et d’autres jeunes avez vécus pendant cette nuit d’émeute. La façon dont vous décrivez les situations dans lesquelles vous deviez vous débrouiller pour faire de votre mieux, nous f…ait comprendre combien l’être humain peut démontrer sa splendeur et aussi sa stupidité dans les mêmes événements.

Toute cette souffrance m’a beaucoup émue, surtout les passages concernant les beaux chevaux blessés et souffrants, dont on a dû abattre quelques-uns, et aussi la douleur et la rage du cavalier qui a perdu le sien.
Bravo pour votre courage, pour avoir fait connaître aux gens par l’entremise de l’écriture ce que vous avez vécu, car peu de personnes savent vraiment ce qui se passe dans le feu de l’action lorsqu’une situation pareille arrive soudainement. Mes salutations à votre charmante épouse, Louise, qu’il m’a fait plaisir de rencontrer au lancement de votre livre. Philomène Roussel Nadon

Jeudi j’ai terminé ton dernier livre. Une bonne description des événements de juin 1968 ( Saint-Jean Baptiste ).
Une fois la lecture commencée on termine le récit le plus rapidement possible. Félicitations.
J’aurai des questions à te poser.Jean-Pierre

J’ai acheté le livre et je suis en train de revivre ces heures très graves de notre histoire.
Jean Marc Labrèche

Bonjour M. Aubin,
Selon José Tavares, vous détestez le titre de Monsieur. Mais après mes lectures, ce titre vous revient avec un très grand respect. J’ai dévoré vos 2 livres en 10 jours. Je dois vous avoué que les passages auxquels vous faites mention de Jonathan, ainsi que de votre famille, m’ont quelque peu mis mal à l’aise, car j’ignorais ce que vous et votre famille avez traversé ensemble. Je connais Jonathan depuis seulement un an et demi, et de lire votre histoire j’ai compris l’admiration que Jon a pour vous.

Je me suis délecté avec vos anecdotes lors de vos enquêtes. Aussi, j’ai adoré la structure des chapitres de La main gauche du diable. Celle-ci m’a permis une lecture plus fluide. Je vais être franc avec vous, j’anticipais avec des craintes la lecture de votre passage en prison. Lorsque je lisais ces mêmes chapitres, je regardais Jon et je me devais de prendre une pause. Il m’était impossible de ne pas avoir une pensée pour vous et votre famille.

Tout au long de vos livres, votre écriture très personnelle est d’une richesse humaine et vous avez une plume qui a la délicatesse de décrire les événements avec réflexion. Je pense à cette nuit de 1968, dans lequel chacun des chapitres est un récit parsemé de scène inoubliable. Je vous remercie d’avoir partagé (avec moi) une portion de votre vie, ainsi que vos souvenirs. Que ces souvenirs soient amusants ou plus sombres, elles m’auront permis de vous connaître et de constater que vous êtes un homme intègre et qui aviez (vous l’avez encore j’en suis sûr) votre devoir à coeur. Je crois même reconnaître des similitudes avec votre Jon.Cependant, je ne veux pas vous bousculer, mais je suis déjà en file au bureau de Jon à attendre votre prochain bouquin. Au plaisir de vous lire à nouveau, Éric Beauchamp.

Salut Claude Chapeau pour « La nuit des désillusions » Quelle nuit infernale !!! J’ai été plongé comme une machine à voyager dans le temps. Très bien raconté. Je le garde précieusement et te le fait dédicacer dès que l’on se revois au CHSLD. encore bravo et Merci Christian Ferland.

Je ne me souviens pas de cette journée 24 juin 1968 car j’avais seulement 10 ans mais en lisant le livre c’est somme si on était présent. Tout ça pour vous dire que c’est un très bon livre et merci à vous de vous être déplacé pour venir le porter a une amie et à moi. Au plaisir de lire votre prochain livre. Lucie.