J’ai abordé le marché du travail avec des idées préconçues, à l’effet que les patrons étaient des exploiteurs, que les normes du travail étaient instaurées pour protéger les droits des travailleurs et qu’on devait faire valoir ces normes «minimales». Au fil des années, j’ai constaté que ceux qui réussissaient là où j’échouais, tenaient un tout autre genre de discours, et j’ai décidé de m’en inspirer. Ce fut le début de mon virage à droite et, de façon étonnamment rapide, de l’augmentation de mes revenus et de ma qualité de vie. D’où ma devise : Toujours indulgente, jamais complaisante.
Espiègle et polémiste, j’aime le choc des idées.

Je suis impliquée depuis quelques temps dans le Parti conservateur du Québec, mettant ainsi en actions ma principale passion, la politique.

Andrew Sheer nouveau chef du Parti conservateur du Canada

Avec 51% des voix contre 49% pour Maxime Bernier au treizième tour, Sheer devient le prochain chef du Parti conservateur du Canada.

Bernier étant parti avec une bonne avance, l’écart s’est resserré à chaque tour. Le suspense aura duré jusqu’à la fin. L’intérêt partagé des membres pour ces deux hommes illustre bien la nature de la coalition formant le Parti conservateur du Canada. Sheer un conservateur moral et Bernier libertarien.

Les deux candidats avaient certes un certain nombre de positions semblables, notamment en matière de contrôle des armes à feu et de baisses d’impôts. Bernier souhaitait abolir la gestion de l’offre, alors que Sheer veut garder ce système en place.

Bernier a affirmé vouloir rester au sein du PCC et travailler avec Sheer. Une alliance entre les deux hommes pourrait permettre au à leur parti de prendre le pouvoir aux prochaines élections. Du moins je le souhaite.

Quoi qu’il en soit, avec 49% des voix pour Bernier, la branche libertarienne du PCC sera désormais difficile à ignorer.