Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

CE SERA LA PLEINE LUNE FLEURIE, EN JUIN




On aura droit à la Pleine Lune fleurie, en juin, mois au cours duquel commencera l’été, au solstice, le 21, à minuit 24.

Ce nom vient d’une tradition algonquine consistant à baptiser la principale phase de la Lune, de mois en mois.

Cette désignation repose sur le fait que c’est en juin que sortent la majorité des fleurs, phénomène naturel qui s’amorce bien sûr en mai et même en avril à des latitudes plus méridionales.

Plus au sud, des fruits des champ arrivent même à maturité en juin et on peut dès lors les récolter. On pense aux fraises, notamment.

D’ailleurs, certaines tribus de la grande famille linguistique algonquienne surnomment la Pleine Lune de juin la Pleine Lune des fraises.

Cela ne signifie nullement que la Lune aura une quelconque coloration tirant sur le rouge. Lorsque la Lune prend des couleurs, c’est essentiellement attribuable à la lumière du soir, un peu comme pour le coucher du Soleil. Des vapeurs dans l’air ou sa position dans le ciel, près de l’horizon, où davantage d’air doit être traversé par la lumière réfléchie par la Lune, jouent un rôle en ce qui touche les colorations de l’astre de la nuit.

Ceci dit, précisons que c’est le vendredi 9 juin que surviendra la Pleine Lune pour le sixième mois de l’année. Elle sera à son maximum d’intensité à 15 h 11 min. 15 sec. Plus tôt, le 1er juin, on aura eu le premier quartier. Et, plus tard, le 17 juin, on verra le dernier quartier. La Nouvelle Lune aura lieu le 24 juin.