Ghislain Loiselle
Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d'autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Je me souviens… d’Anne Frank






On retrouvait une synagogue à Rouyn-Noranda, dans les premières décennies de la fondation des villes jumelles. L’étoile de David est encore bien visible en façade de l’édifice transformé en immeuble à logements. On peut aussi voir une pierre enchassée au-dessus de la porte avant sur laquelle est inscrit Kneseth Israël et la pierre angulaire du temple, en bas à droite.

Je viens de me procurer Le Journal d’Anne Frank, livre dans lequel cette Juive allemande exilée de 14 ans raconte sa vie tandis qu’elle vivait cachée dans un grenier avec toute sa famille et quatre amis, à Amsterdam, ceci de juillet 1942 jusqu’en août 1944, jour de leur dénonciation à la Gestapo (police SS), alors que l’Allemagne nazie occupait les Pays-Bas.

Par Ghislain Loiselle

Ce livre, qui reprend intégralement le journal intime d’Anne F., morte du typhus dans le camp de concentration allemand de Bergen-Belsen, en mars 1945, a été traduit en plus de 70 langues. Quelque 30 millions d’exemplaires ont été vendus et le bouquin a donné lieu à des pièces de théâtre ainsi qu’à des films. Le Journal d’Anne Frank est classé à la 19e place parmi les 100 meilleurs livres du 20e siècle.

Dans le monde entier, des rues et des écoles ainsi que des parcs ont été baptisés Anne-Frank.

Anne Frank avait reçu son journal aux pages blanches à sa fête, le 12 juin 1942. Elle devait commencer à les noircir le jour-même. Anne Frank en est bien évidemment le personnage principal. Elle vient d’avoir 13 ans quand elle commence à rédiger son journal intime. Tous les changements quotidiens des émotions et du caractère d’Anne s’y perçoivent au fil des jours. Cette fille est mûre, d’une forte volonté, intelligente, un peu réservée et d’une grande classe. Elle s’est vue contrainte de cesser d’écrire le 1er août 1944, quelques jours avant son arrestation et celle des sept autres personnes avec qui elle vivait, le 4 août. Arrêtés parce qu’ils étaient Juifs.

La première édition, néerlandaise, est parue le 25 juin 1947, son père ayant accepté de le faire publier, non sans avoir hésité. Le journal intime avait été récupérée et soigneusement conservé par Miep Gies. Après avoir appris le décès d’Anne F., elle l’a remis à Otto Frank.

Ce que les Allemands nazis ont fait subir à l’humanité est inqualifiable. Voilà ce que peuvent faire la haine, le racisme, la dictature, la soif de pouvoir, la mégalomanie, la folie humaine, l’intolérance, l’envie (être malheureux du bonheur des autres), etc. Des juifs privés de leur liberté sont morts par millions, à la Deuxième Guerre mondiale, conflit armé déclenché par Hitler quand ce dictateur génocidaire a envahi la Pologne, violant un pays en paix, libre et démocratique.