Karine Melançon

Étudiante en littérature à l’Université de Montréal, elle travaille depuis plusieurs années comme conseillère linguistique et traductrice. Passionnée de l’écriture, elle œuvre maintenant dans le domaine journalistique.

Le chef intérimaire de Winneway fait face à 2 chefs d’accusation pour agression sexuelle sur un mineur

Chef a domicile


10-04 MÉDIA

Elvis Chief, qui occupait le poste de chef par intérim au sein de la communauté de Long Point First Nation à Winneway, au Témiscamingue, a été arrêté la fin de semaine dernière concernant des événements qui se seraient déroulés le 24 juin dernier. Il a été accusé d’avoir posé des gestes d’ordre sexuel sur une personne de moins de 16 ans. Selon la dénonciation, il aurait aussi incité une personne de moins de 16 ans à poser des gestes de nature sexuelle sur lui. Il comparaîtra le 3 juillet prochain au palais de justice de Ville-Marie.

Rappelons qu’Elvis Chief avait été nommé chef par intérim en février dernier suite à la destitution du chef Derek Mathias qui a lui-même eu des démêlés avec la justice. Ce dernier avait été reconnu coupable d’entrave à la justice à l’automne 2016, pour des événements s’étant déroulés en 2012. La conseillère Nathalie Mathias avait également été reconnue coupable de plusieurs chefs d’accusation en lien avec ce même événement. Bien que les deux élus aient été absouts par la justice en janvier dernier, ils ont tout de même été destitués de leurs postes au sein de la communauté. Le code électoral de la communauté stipule clairement que tout élu qui a été reconnu coupable d’actes criminels pendant son mandat ne peut siéger au Conseil.

Ainsi, depuis cette double destitution, il ne restait que 3 élus au Conseil de Winneway : Elvis Chief, Steeve Mathias et Liza Charbonneau. Suite à l’arrestation d’Elvis Chief, la communauté a décidé de devancer la soirée préparatoire aux élections d’une semaine; elle se tiendra le 6 juillet prochain plutôt que le 12 juilllet.

Selon le code électoral de la communauté, Elvis Chief pourrait toujours siéger au Conseil puisqu’il n’a pas encore été reconnu coupable des accusations portées contre lui; toutefois, son incarcération l’empêche nécessairement d’assister aux réunions du Conseil.