Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Le corbeau est un maître dans le royaume des animaux !

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 112 autres abonnés

Le couple de grands corbeaux devient inséparable une fois uni.

S’il est un animal sur Terre qui est doté d’une intelligence au-dessus de tellement d’autres bêtes, c’est bien le corbeau, l’oiseau du froid, le volatile qui a connu toutes les glaciations et tous les inter-glaciaires récents, montant et descendant les parallèles et franchissant toutes les longitudes, dans l’hémisphère nord.

Le corbeau fabrique des outils.

Par Ghislain Loiselle

Tellement fin qu’il est capable d’imiter les cris d’autres animaux et, de façon étonnante, fabriquer et utiliser des outils pour arriver à ses fins dans la cueillette.

C’est le cas du corbeau de Calédonie qui peut faire un crochet avec une broche afin de pouvoir cueillir de la nourriture dans le fond d’un pot. De telles possibilités sont rarement observées dans le règne animal.

Certes, on ne peut que s’émerveiller devant tellement d’oiseaux qui fabriquent des nids parfois complexes en vue de la ponte et de la couve des œufs. Mais le corbeau dépasse moult volatiles par l’éventail de ses capacités.

Alors qu’un nombre considérable de mammifères arborent une pelage blanc dans le Nord (ours polaires, renards arctiques, loups arctiques, belettes, lièvres, lagopèdes, etc.), le corbeau, lui, reste noir, avec des reflets iridescents bleutés et violets, ce qui le favorise pour la capture des rayons solaires durant les périodes de froid, grand et extrême, l’hiver, ou dans les hautes latitudes où, même le printemps et l’automne, l’air peut être très froid, longtemps.

Le corbeau est un animal à protéger. Il rend de grands services à l’humanité en ne laissant pas les carcasses sur le bord des routes se transformer en foyers de maladies pour l’homme et les bêtes.

Souvent paradoxalement considérés par les autorités comme des prédateurs nuisibles capables de menacer certaines espèces d’oiseaux sauvages et domestiques, ils ont été à tort l’objet de campagnes d’extermination par tirs et piégeage. Pourtant, l’effet de leur prédation sur leurs proies potentielles est globalement limité.

Corbeau est un nom populaire (vernaculaire ou vulgarisé, bref, utilisé par le peuple, le commun des mortels) qui compose le nom normalisé de plusieurs espèces du genre corvus qui comprend les corneilles. Pourtant, corneilles et choucas possèdent des noms propres à eux.

Le grand corbeau

Abordons maintenant le grand corbeau (corvus corax). Cette espèce membre de la famille des corvidés est le plus grand oiseau de l’ordre des passeriformes après le corbeau corbivau et il est le passereau le plus lourd. Présent dans tout l’hémisphère nord, je le répète, c’est lui qui, chez les siens, a l’aire de répartition la plus étendue.

Le grand corbeau coexiste avec les humains depuis que l’homme est homme. Une partie de son succès est due à son régime omnivore, comme l’homme et l’ours. Il est extrêmement opportuniste. Il se nourrit de charognes, d’insectes, de rejets alimentaires, de céréales, de fruits, d’oeufs et de petits animaux.

Le grand corbeau a la réputation d’être très intelligent. Cette espèce est parvenue à résoudre plusieurs problèmes, lors d’expériences. Il possède l’un des plus gros cerveaux de toutes les espèces d’oiseaux. On lui attribue de nombreuses autres compétences, outre celle de la résolution de problèmes. Parmi ces autres processus cognitifs, il y a l’imitation et l’intuition. Il va sans dire qu’il possède aussi une bonne mémoire et beaucoup de volonté. Pour ce qui est des facultés, cela relève du psychisme animal. On n’est pas dans ses plumes. Mais on sait que cet oiseau joue. Les jeunes grands corbeaux sont parmi les plus joueurs des espèces d’oiseaux. Ils ont été observés glissant le long de bancs de neige, apparemment pour le simple plaisir. Ils jouent même avec d’autres espèces, par exemple à chat avec des loups et des chiens. Le grand corbeau est connu pour ses acrobaties aériennes spectaculaires, comme le looping. Il serait voleur et il cacherait des objets brillants comme des galets, des morceaux de métal et des balles de golf. Ce comportement servirait à impressionner les autres grands corbeaux. Il serait curieux envers toute chose nouvelle, serait attiré par les objets ronds et brillants. Les adultes perdent cet intérêt intense pour l’inhabituel et deviennent néophobes. En plus d’être joueurs, les grands corbeaux ont été observés manipulant d’autres animaux pour qu’ils travaillent à leur avantage, par exemple en appelant loups et coyotes sur le site d’une charogne afin que les canidés puissent l’ouvrir, la rendant accessible aux grands corbeaux.

Il peut vivre longtemps, surtout en captivité ou lorsqu’il est protégé. Des individus de la Tour de Londres ont vécu plus de 40 ans. Sa longévité en milieu naturel est considérablement plus courte, généralement de 10 à 15 ans. L’individu sauvage bagué le plus âgé avait 13 ans. Les juvéniles peuvent se déplacer en groupes mais les couples appariés restent ensemble pour la vie, chaque couple défendant un territoire.