Francois Harrisson Gariepy
Évoluant dans le monde des communications, de la culture et du sport depuis plus de 35 ans, François Harrisson Gariépy s’intéresse à plein de sujets de la société moderne, dont de nombreux qui concernent son Témiscamingue d’adoption. François est aussi le diffuseur à la salle Dottori de Témiscaming, la plus grande salle de spectacle au Témiscamingue.

Nous dans le sud, à Témiscaming






Quand ta région compte 1 seul feu de circulation sur une distance de plus de 200 km du nord au sud, disons que le trafic dense est un phénomène purement virtuel dans ta vie. Puis, lorsque tu attends à ce seul feu de circultaion plus de 60 secondes que 2-3 autos finissent par tourner à gauche pour emprunter la voie transversale, il se peut que ce long délai en vienne à tester ta patience. Bienvenue au Témiscamingue, là où lorsque tu dis « je m’en viens, et serai à la maison dans 10 minutes », le pire qu’il puisse t’arriver est d’être en retard de 60 secondes.

Mais ça se trouve où ce Témiscamingue que si peu de gens connaissent en fait? Vous êtes dans le nord du Québec c’est ça? Au nord de l’Abitibi c’est bien ça? Ben non, pas pantoute.
Si vous habitez à Lévis ou à Montmagny, vous vivez plus au nord que moi qui habite la ville de Témiscaming.

Mais d’où vient cette étrange perception que le Témiscaminque est le voisin immédiat de Kuujjuak chez nos voisins présumément du sud? Probablement de l’appellation « Abitibi-Témiscamingue ». L’Abitibi est connue pour être située tout de même pas mal au nord, alors imaginez si le nom du Témiscamingue vient après celui de l’Abitibi dans l’appellation « Abitibi-Témiscamingue », le Témis ça doit être encore plus au nord. En fait, comme le Témiscamingue se trouve plus au sud que l’Abitibi, il serait plus logique que la région s’appelle « Témiscamingue-Abitibi » comme dans Saguenay-Lac St-Jean d’ailleurs. Le Saguenay est au sud par rapport au Lac St-Jean et l’appellation régionale en a tenu compte. Mais bon, les choses étant ce qu’elles sont, on va instruire nos « amis du sud » d’une couple d’affaires.

Les coordonnées géographiques de la ville de Témiscaming indiquent 46,71 de latitude Nord. Vous savez qui possède des coordonnées semblables au Québec? La ville de Québec. Pas de blague.
Curieux phénomène géographique que celui qui caractérise le Témiscamingue.

Depuis l’Outaouais, il faut rouler un peu plus de 4 heures vers le nord pour arriver à Témiscaming, porte d’entrée de la région du Témiscamingue. Pourtant, Témiscaming se trouve plus au sud que la ville de Lévis…qui elle est située au sud du fleuve Saint-Laurent. Les coordonnées géographiqques de Lévis sont en effet de 46,80 lattitude nord. Montmagny? 46.98. Charlesbourg dans la région immédiate de Québec? 46.87. Étonnant n’est-ce pas. Mais pourtant tout à fait vrai. En comparaison, celle de Rouyn-Noranda au centre de la région dénommée « Abitibi-Témiscamingue » sont de 48,23. Lorsque vous habitez à Charlesbourg, vous vivez plus au nord que nous à Témiscaming, mais beaucoup moins qu’à Rouyn-Noranda.

L’explication c’est que le fleuve remonte graduellement vers le nord. Vous vivez au bord du fleuve et avez donc l’impression de vivre plus au sud que nous, alors qu’en fait c’est le contraire.

Je vous entend me dire « Oui mais chez-vous il fait vraiment plus froid ». Bien non, là encore, il s’agit d’un mythe.
En fait, les zones horticoles de la ville de Québec et de la ville de Témiscaming sont presque les mêmes. Par conséquent voilà un signal clair que nous avons droit à des températures très semblables.
Par contre, il existe un écart considérable entre les zones horticoles des villes de Témiscaming et de Rouyn-

Noranda. On ne sème pas les mêmes végétaux et surtout pas au même monent, que l’on habite le sud du Témiscamingue ou l’Abitibi.

Encore là, c’est l’association des régions Témiscamingue et Abitibi dans une même appellation qui fausse la perception des gens, que je n’ose plus appeler « nos voisins du sud » depuis que nous savons maintenant que les gens de Lévis et de Charlesbourg vivent plus au nord que ceux de Témiscaming lol.

L’Abitibi-Témiscamingue représente un très grand territoire, si grand en fait que de le traverser de Témiscaming à Matagami, donc du sud vers le nord, c’est l’équivalent de parcourir la distance Gatineau/Rivière-du-loup. En partant de Témiscaming, il faut presque autant de temps pour rallier Val d’Or que pour se rendre à Ottawa, plus au sud.

Je trouve toujours assez étrange comme sensation de me rendre à une réunion organisée à Rouyn-Noranda sous prétexte que celle-ci se trouve « au centre de notre région » alors qu’il faut rouler 215 km plein nord avant d’atteindre la destination du meeting. Un comparable? Laval se trouve à 217 km de Mont-Laurier. Imaginez amis de Laval si on vous disait que le « centre de votre région se trouvait à Mont-Laurier ». Voilà, vous comprenez le concept de mon propos.

Enfin, il y a le lexique qui est particulier dans ma belle région d’adoption. La région s’appelle le Témiscamingue. Sa ville la plus au sud se nomme Témiscaming. Vous trouverez dans la région une communauté algonquine, la Timiskaming First Nation et une communauté ontarienne voisine au nom original de Temiscaming Shores. Histoire de mélanger le monde comme il faut.

Mais pour bien cerner Témiscaming il s’agit simplement de nous appeler « La Cité jardin ». Pourquoi? C’est que l’aménagement paysager de Témiscaming est unique dans la région. L’architecture anglo-saxonne, les espaces fleuris et les oeuvres d’art d’origine européenne intégrées au décor naturel de la ville, une cité dessinée par le même architecte que la ville de Halifax d’ailleurs, lui confère cette appellation.

Bref, vous qui vivez dans le nord à Charlesbourg, Lévis, Beaupré, on va tout vous expliquer cela quand vous descendrez dans le sud nous rendre visite à Témiscaming.