Samuel Fillion-Doiron

Étudiant en Enseignement de l’univers social et de l’éthique et culture religieuse au secondaire, vice-président régional de la Capitale Nationale et de Chaudière-Appalaches au Parti conservateur du Québec.

La politique est comme une partie de jeu de rôle

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 475 autres abonnés

 

 

 

 

Samuel Fillion Doiron

Avez-vous déjà joué à un jeu de rôle sur table? Sans tomber dans l’explication des règlements, sachez simplement que lorsqu’un personnage est créé, il doit se choisir un alignement. L’alignement sert à définir la manière de penser du personnage et à savoir s’il est bon ou mauvais. L’alignement par défaut que choisissent tous les nouveaux joueurs et ceux qui ne connaissent pas trop les règles est « chaotique neutre », car c’est le seul alignement qui te permet de faire ce que tu veux, comme tu le veux (Jack Sparrow).

En politique c’est un peu la même chose, l’alignement par défaut de tous ceux qui commencent à s’y intéresser ou qui ne connaissent pas trop le sujet est « centre gauche », car c’est l’alignement qui te permet de voter de n’importe quel côté et d’adhérer à ce que tu veux. Un véritable gauchiste ne votera jamais pour un parti de droite, pas plus qu’un personnage d’alignement mauvais ne commettra des actes bons, l’inverse est aussi vrai.

Je me permets également de vous parler de l’alignement « neutre strict » qui force un personnage à maintenir un équilibre entre le Bien et le Mal et donc, à changer de camp afin de s’opposer aux plus forts. Le défaut de ces personnages est qu’ils ne sont jamais appréciés par les autres joueurs, car ils retournent sans cesse leur veste. Le PLQ, le PQ et la CAQ sont de cet alignement et très particulièrement les deux premiers qui ne font que dire le contraire de l’autre depuis plus de 40 ans. En ne faisant que suivre le vent, il est impossible de s’accrocher à ces partis sans boussole idéologique qui peuvent vous trahir à n’importe quel moment. En essayant de satisfaire tout le monde, on finit par ne satisfaire personne.

Si le Parti conservateur du Québec veut gagner, il a besoin de plusieurs outils et le premier il l’a déjà. Il a un alignement et une boussole idéologique qui permet aux électeurs de savoir à quoi s’attendre d’eux. Dès que l’on entend le mot « conservateur », nous savons tous que l’économie sera bien gérée.

Mais maintenant il faut se poser une autre question, pourquoi l’alignement par défaut des Québécois est « centre gauche »? Qu’est-ce qui appelle les gens à y adhérer? À un mariage, il y a quelques semaines, je discutais de politique avec des amis et l’un d’entre eux m’a dit quelque chose qui me semble très important : Si je pense à l’économie, il est clair que je vote conservateur, mais si je pense au social, je pencherais pour Québec solidaire.

Or, il faut se l’avouer, l’aspect social est toujours plus vivant et plus attrayant que l’économie et cela m’amène à mes deux prochains outils. Le premier est de parler d’économie sans utiliser de chiffres (du moins pas plus de deux, sinon on s’y perd trop facilement), car la plupart des gens trouvent que les chiffres, c’est la partie « plate » au même titre que ce l’est pour un maître de jeu de faire le tour de toutes les règles et de tous les manuels afin de bien connaître le système de jeu de rôle.

Le deuxième outil est d’attirer les électeurs de centre gauche en leur parlant de ce qui les intéresse, soit les mesures sociales. Il ne sert à rien de tenter de les éduquer et de leur forcer un cours d’économie 101 par la gorge, ils n’en retireront rien et cela ne les intéresse pas. Comme les nouveaux joueurs de jeu de rôle, ils sont souvent en mode exploration, ils ne connaissent pas les gros rouages et ne font que prendre plaisir à participer à l’activité. Le rôle du maître de jeu est toutefois de mettre la personne à l’aise avec le système afin qu’elle ait envie d’essayer un autre alignement de personnage, tout comme il faut mettre à l’aise avec la politique les électeurs de centre gauche pour qu’ils aient envie d’essayer un autre parti.

Où est-ce que tu t’en vas avec ça mon Sam?

Je dis simplement que pour gagner, il faut offrir le meilleur des deux mondes et que celui-ci se trouve au Parti conservateur du Québec. Il faut savoir aller chercher au cœur chaque personne, car si aucun parti ne semble offrir le meilleur des deux mondes, ils vont chercher automatiquement un équilibre entre les deux et vont sûrement se dire la même chose que mon ami que j’ai cité plus haut. C’est à ce moment qu’ils voteront pour un parti neutre strict et sans boussole qui les décevra… comme à chaque élection depuis des années.