On ne roule pas tous en Ferrari

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 124 autres abonnés

La photo illustre l’un des véhicules d’un homme propriétaire de quelques centres d’hébergement pour aînés. Les plus chanceuses et chanceux de ses travailleuses et travailleurs gagnent un peu plus que le salaire minimum. Comprenez-moi bien, je n’ai absolument rien contre cet entrepreneur ou toute autre personne qui est en affaires.

Par contre, ne serait-il pas plus juste d’en remettre un peu plus aux personnes qui prennent soin des résidents et qui, par le fait même, engrangent les profits? Les infirmiers, infirmiers auxiliaires ainsi que les préposés aux bénéficiaires qui travaillent au privé sont payés beaucoup moins que dans le réseau de la santé public.

Dans le cas des préposés, le salaire oscille autour de 12$ de l’heure. Dans plusieurs cas, elles ne reçoivent que le salaire minimum. Il ne faut pas oublier que la majorité des préposés du privé sont soumis à la loi 90 qui fut introduite par un certain Philippe Couillard alors qu’il était ministre de la santé sous Jean Charest.

Cette loi n’a pas comme objectif principal le bien-être des aînés vivant en centres d’hébergement privés, mais plutôt celui des administrateurs de ces centres. En effet, les préposés, après une journée, oui une seule journée, de formation, devront distribuer la médication, injecter l’insuline et dispenser divers soins ordinairement réservé aux infirmiers et infirmiers auxiliaires. Pourquoi est-ce ainsi? Simplement pour permettre à l’entrepreneur d’employer le moins d’infirmiers et infirmiers auxiliaires possible afin de lui permettre de faire le plus de profit possible sur le dos des travailleuses et travailleurs et sur celui des résidents.

Il ne faut pas oublier que la majorité des emplois de préposé au privé sont détenus par des femmes. Ce sont des emplois précaires et sous-payés. Pas étonnant que les centres d’hébergement privés peinent à retenir leur personnel. La continuité des soins n’est pas monnaie courante dans ces centres qui se vantent pourtant d’offrir un milieu familial aux résidents. Savez-vous aussi que tous les services ne sont pas inclus dans le forfait (loyer) mensuel?

Si vous avez besoin que vos médicaments vous soient administrés ou encore que vous avez besoin d’aide pour le bain, vous devrez débourser pour chaque intervention qui n’est PAS comprise dans le forfait. Vous êtes malade et ne pouvez pas aller à la salle à manger? Soit. Vous allez devoir payer pour la livraison de votre repas. Non, nous ne roulons pas tous en Ferrari, mais il est facile de comprendre que certaines personnes le peuvent!!!