Pierre-Hugues Boisvenu
Pierre-Hugues Boisvenu est un homme politique canadien engagé dans la cause des droits des victimes. Il a été nommé sénateur le 29 janvier 2010. Il détient un baccalauréat en psychopédagogie de l'Université de Montréal et une maîtrise en administration de l'École nationale d'administration publique. Il est le fondateur de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD) qu'il a fondé en 2002 après le meurtre par un récidiviste de sa fille Julie

COMBIEN DE VICTIMES DEVRONT PAYER DE LEUR VIE?

La notion du "no fault" est inacceptable, inhumaine, incommensurable





Spectacilaire-capotage-a-Chazel-le-conducteur-pourrait-faire-face-a-la-justice
10-04 MÉDIA Archive

Près de deux ans après l’élection du gouvernement libéral, la protection de la population est nettement négligée et mise à risque depuis le recul marqué suite aux décisions libérales en matière de justice et de sécurité publique.

L’ancien gouvernement conservateur avait débuté un travail colossal pour changer la culture pro-criminelle défendue par les gouvernements libéraux précédents. Nous avons adopté des lois pour, d’une part, mieux protéger la population des récidivistes et, d’autre part, pour reconnaître des droits aux victimes d’actes criminels et leurs proches.

Nous avons particulièrement été sévères envers les récidivistes, que ce soit au niveau des agressions contre les enfants, contre les personnes âgées, contre l’alcool au volant et de la violence envers les femmes.

Depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement libéral de Justin Trudeau, il est clairement triste de constater un recul fondamental dans la reconnaissance et l’avancement des droits des victimes d’actes criminels au détriment des criminels au Canada.

Il est inconcevable qu’en 2017, nous devons dénoncer un gouvernement qui défend l’indéfendable alors que les cas d’injustices de toutes sortes s’accumulent au pays et que le Premier ministre préfère s’affairer sur le bien-être des criminels que sur celui des victimes.

Le cas d’un jeune chauffard au lourd passé criminel est le parfait exemple. Dans les cas de récidivistes en matière de conduite dangereuse et d’alcool au volant, l’ancien gouvernement conservateur souhaitait sévir davantage contre ces chauffards. Le projet de loi C-226 de l’ancien ministre conservateur de la Sécurité publique, Steven Blaney, fut renversé par les libéraux la session dernière, lequel projet de loi libéral visait à éliminer les sentences minimales pour ceux et celles qui commettent l’irréparable. Ce gouvernement trouvait les sentences trop cruelles pour ces récidivistes invétérés.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons devant l’inacceptable. Est-ce que Justin Trudeau compensera les proches de cette victime innocente? Sera-t-il enclin à dénoncer cet acte aussi barbare qu’inacceptable? Sera-t-il aux premières loges du palais de justice pour soutenir la famille de la victime lors du procès alors que le présumé criminel tentera de défendre sa trop longue feuille de route de récidiviste?

Nous attendons le selfie à l’appui, lequel, vous le savez et les familles des victimes le savent, ne viendra jamais.

La notion du « no fault » est inacceptable, inhumaine, incommensurable. Le Canada se doit de devenir un leader en termes de justice et de reconnaissance envers les victimes d’actes criminels.

Monsieur Trudeau, après avoir fait les « front page » du Vogue magazine, du Rolling Stone, de tous les quotidiens étrangers, quand aurez-vous le courage de faire face à vos citoyens et citoyennes? Pas seulement pour plaire à vos nouveaux immigrants ou à ceux et celles à qui leur consommation de marijuana allait être décriminalisées? Monsieur et Madame tout-le-monde, lesquels comptent pour 99% des Canadiens qui paient des impôts que votre gouvernement dépense sans scrupules? La rentrée parlementaire est attendue par plusieurs et la période de questions du mercredi ne sera nettement pas suffisante pour obtenir des réponses de la part de monsieur Trudeau…. Quoi que quelques secondes sont déjà de trop dans son cas…

Vos commentaires sont toujours appréciés comme vos partages.