Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Ce sera la pleine lune du maïs, en septembre

Chef a domicile

Une Pleine Lune jaune maïs.

Selon une tradition algonquine qui se perpétue encore aujourd’hui, on connaîtra la pleine lune du maïs, en ce mois de septembre 2017!

La pleine lune surviendra le mercredi 6 septembre. Elle sera à son maximum d’intensité à 9 h 4 min 55 s.

Dès le 21 août, c’était la nouvelle lune, alors que le premier quartier a eu lieu le 29 août.

Après la pleine lune, on aura droit au dernier quartier, le mercredi 13 septembre.

Les autres phases prévues appartiennent à la pleine lune de novembre. On en traitera en temps et lieu.

Pour revenir au nom de la pleine lune de septembre, en Abitibi et au Témiscamingue, on connaît le temps du blé d’Inde dès la fin août. Les régions plus favorisées à cet égard, plus au Sud, ont alors déjà fait leur moisson de maïs et, grâce aux moyens de transport, on en profite tôt. Le Témiscamingue est de celles-là. C’est alors le temps des épeluchettes, au  »Témis », en Abitibi, en Jamesie. Le maïs sucré, avec du beurre, est très prisé dans tout l’Ouest québécois. Il donne lieu à des fêtes familiales, amicales et même communautaires.

Les tribus amérindiennes, tant celles de la grande famille linguistique algonquienne, que l’autre, plus méridionale, dite iroquoienne, cultivaient le maïs. La latitude favorisait la sédentarisation et donc l’agriculture. Les Algonquins vivant plus au Nord étaient davantage nomades par nécessité. Ils n’avaient d’autres choix que de vivre plus de chasse et de pêche, la grande saison blanche faisant loi. Mais ce légume, ce fruit – on ne sait plus trop – les Algonquins en raffolaient aussi, et c’est encore le cas, car il en poussait, au nord du fleuve St-Laurent. Et il en pousse encore à plein, ainsi que peut le constater quiconque voyage un peu au Québec.

Nouvelle lune 21 août 2017 20:31:34
Premier quartier 29 août 2017 10:14:19
Pleine lune 6 septembre 2017 09:04:55
Dernier quartier 13 septembre 2017 08:26:44
Nouvelle lune 20 septembre 2017 07:30:46
Premier quartier 28 septembre 2017 04:55:09