Ghislain Loiselle
Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d'autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Je me suis fait dépasser dans une côte







Une caméra embarquée peut enregistrer le numéro de plaque d'un conducteur dangereux.

Cette semaine, je me suis fait dépasser dans une côte, dans mon rang. Un jeune homme était au volant avec une passagère.

Par Ghislain Loiselle

Que dire d’une pareille conduite dangereuse? Il aurait pu y avoir un véhicule en sens inverse! Ce n’était absolument pas possible de voir.

Ce chauffard aurait donc pu provoquer une collision frontale. Et le ou les occupants de l’autre véhicule auraient pu en payer le prix. Comme je me faisais dépasser, j’aurais également pu être impliqué. La passagère aurait aussi pu être une autre  victime innocente de la mauvaise conduite de l’automobiliste.

Il roulait trop vite pour que j’aie eu le temps de prendre son numéro de plaque. Mais il arrivait de l’ouest, dans le rang du Lac-Flavrian, à Évain (Rouyn-Noranda). J’ai essayé de le suivre. Je l’ai perdu de vue. Il y a beaucoup de circulation sur l’artère qui passe devant ma maison. Il y a un camping au bout du chemin. C’est aussi un accès à la forêt, pour la chasse et la pêche. Je trouve souvent des canettes de bière vides le long de cette route. Plusieurs ne respectent pas la limite de vitesse et dépassent facilement les 20 km/h au-dessus. C’est 80 km/h maximum. Le chemin est en gravier. Il y a des côtes et des courbes après chez moi en allant en direction est, vers l’avenue de l’Église.

Je songe sérieusement à équiper ma voiture d’une caméra à l’avant. Ainsi, j’aurais pu avoir son numéro de plaque et l’enregistrement aurait pu permettre à la Sûreté du Québec de lui remettre un billet d’infraction. C’est la seule solution que je vois. Sinon, que faire?

Dans mon livre à moi, un tel comportement mériterait à son auteur non seulement d’être mis à l’amende, mais aussi de se faire retirer son privilège de conduire, ceci pendant suffisamment longtemps pour que le fautif comprenne qu’il ne doit plus mettre ainsi en danger la vie et la santé d’autrui. Et ça s’applique à lui aussi. Tout le monde doit payer dans notre régime civil de  »pas de fautif pour les indemnités ». Il en va autrement avec le Code criminel.

Comment expliquer un tel geste? Inconscience? Témérité? Coup de dé? Impatience? Rage au volant? Je-m’en-foutisme? Stupidité? Facultés affaiblies?

En tout cas, c’est inacceptable. C’est à cause de gens comme ça que des personnes perdent des êtres chers et que des hommes, des femmes et des enfants se retrouvent blessés et parfois handicapés pour le reste de leurs jours. Dépasser dans une côte, ça ne passe pas. Ça ne passera jamais. Ça fait partie des dépassements dangereux. Ça doit être sévèrement sanctionné. De tels fous du volant ne devraient plus pouvoir conduire. Point.

En attendant, je dois choisir quelle caméra embarquer pour ma voiture.