Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Le cosmos atomisé

Chef a domicile

Il n’y a pas 20 ans, les scientifiques affirmaient que Jupiter était la plus grosse planète connue de l’Univers. Aujourd’hui, ils déclarent qu’il y en a de plus grosses encore et, mieux, qu’il y a une multitude d’univers. Et que l’espace est à toute fin pratique infini, le nôtre en tout cas, ce dernier était marginalement ouvert, c’est-à-dire juste assez en mouvement d’expansion pour ne pas s’effondrer sur lui-même, pour ne pas atteindre jamais une limite d’extention.

Par Ghislain Loiselle

Finalement, bien que la Loi de la gravitation (attraction) universelle régisse apparemment tout le cosmos, elle ne viendrait pas à bout de l’inertie universelle. Il faut dire que lorsque la fameuse expansion se fait à 1 milliard 80 millions de kilomètres à l’heure, dans le vide qu’est l’espace, et que ça fait 10 milliards d’années que ça dure,  le voyage a tout pour être long longtemps.

La Terre tourne sur elle-même à 1670 km par heure. Notre planète est en rotation autour du Soleil à 107 000 km/h. Le Soleil circule autour de la Voie lactée à 965 000 km/h. Notre galaxie tourne autour de l’amas de galaxies d’Andromède à 1 000 000 km/h. Cet amas se rapproche d’un autre amas (de la Vierge) à 1 800 000 km/h. Et l’Univers, je le répète, se dilate (expansion) à un milliard 80 millions de km/h.

Sauf que, comme des galaxies finissent par entrer en collision, dans des temps d’ordre géologique, des milliards d’années terrestres, on pourrait penser que même des univers pourraient en venir à entrer en contact. Et, quelque part, c’est une forme d’arrêt de mouvement, comme un face-à-face entre deux véhicules. Pourtant, des vues d’artiste montrent que, par exemple, deux galaxies spirales qui font contact poursuivent un mouvement qui fait juste redéfinir la forme de la nouvelle structure galactique. Aux vitesses où ce déroule tout ce bal, rien ne semble arrêtable. C’est comme un mariage, un balai spatial.

De telles collisions, on peut actuellement en voir dans l’espace, grâce au téléscope Hubble.

Ce qui se passe, est-ce finalement un peu comme lors d’une réaction nucléaire qui se produirait à nos yeux au ralenti? On ne le saura peut-être jamais, l’humanité n’ayant que quelques millions d’années et l’homme d’aujourd’hui à peine quelques centaines de milliers d’années d’existence, d’évolution. Nous sommes bien petits dans tout cela.

Une chose est sûre. On n’a pas fini, malgré notre petitesse, de faire de nouvelles découvertes, par l’observation directe du territoire cosmique et par la déduction, en nous servant de nos facultés, pendant les quelques centaines de milliers d’années qu’il nous resterait encore à exister ici-bas si Dieu prête encore vie au Monde, si nous ne nous détruisons pas nous-mêmes.

En restant positif, nous sommes des êtres pensants qui se veulent à la base raisonnables. Alors tous les espoirs sont permis.

Ce document disponible sur You Tube vaut la peine d’être écouté. Il ne dure que quelques minutes, mais ce qu’il nous montre est fabuleux, incroyable, époustouflant, fascinant, tellement que ça semble irréel. Pourtant…

Bonne écoute!