Cold Heimatlos est un chroniqueur à la plume irrévérencieuse, aux commentaires cinglants et à l’humour qui fait grincer des dents. Enseignant au niveau professionnel, auteur d’un roman noir, sa plus grande préoccupation est l’état lamentable dans laquelle se trouve la relation entre l’Homme et la liberté. C’est sous cet angle qu’il aborde ses sujets : le rétrécissement constant des libertés doit être expliqué et compris par le citoyen avant d’être dénoncé. Il s’insurge devant la douce et thérapeutique dictature de l’État et du dressage sensitif de l’Homme. Cette citation reflète sa pensée :
« Les êtres humains n’ont pas grandi en même temps que les institutions issues de leur cerveau. Ce sont surtout la faiblesse intellectuelle et morale des chefs et de leur ignorance qui mettent en danger notre civilisation. »
– Alexis Carrel in L’Homme, cet inconnu

Coitus interruptus…

 

 

 

 

Ainsi, à la partielle dans Louis-Hébert, le PCQ a fait ce qu’il sait faire de mieux : DÉCEVOIR.

Après mon passage au Princesse Tuture, je me suis ramolli – mea culpa – et j’ai cessé de varloper le pauvre petit parti, question de lui permettre de souffler un peu. Apparemment, quand ils ont trop de temps libre, les membres de ce parti s’adonnent à un sport bien particulier : le sabotage. Je vais me ressaisir !

Revenons quelques temps en arrière, à la dernière période des Fêtes : un sondage donnait le PCQ à 6% dans la région immédiate de Québec. L’exécutif a célébré ! Pas moi. On m’a traité de pisse-vinaigre, de pessimiste; j’étais trop négatif. Ils étaient déjà en route vers un premier élu ! Hier, la candidate à la partielle, Mme Sylvie Asselin a obtenu seulement 4.12% des votes. C’est qui l’cave ?

Entendez-vous le son des crickets ? Non? Allez sur la page Facebook du PCQ, vous verrez !

HEY !… Le Parti libéral est en déroute, et tout comme la CAQ, ils ont eu l’un des pires débuts de campagne électorale à ce jour… obligés de changer de candidats pour des histoires pas claires. Le Parti libéral est revenu avec la moins bonne candidate disponible, celle que personne ne souhaite voir dans son équipe; ils auraient mieux fait de présenter une pelle ronde, ainsi ils auraient pu espérer 30%. La CAQ, elle, a mieux choisi : une jolie jeune femme avec un sourire digne d’une publicité pour dentifrice. Ses principales compétences : être capable de répéter un message et faire mieux paraître la tête d’embaumeur du chef. J’ai beaucoup aimé sa campagne, elle n’a rien dit et s’est contentée de sourire !… Résultat : 52%… On passera rapidement sur l’insignifiance du Parti québécois. Fidèle à lui-même, il a continué sa douce descente vers le zéro absolu. (Comme quoi un vote de confiance envers le chef de 93% ne veut rien dire ! Oh, mais attendez… Adrien Pouliot a obtenu 98%.)

Dans Louis-Hébert, le PCQ est chez lui. Alors comment expliquer un score si anémique ?

On pense, on accuse de suite la “bourde” de Mme Asselin, mais non. C’est possible qu’avec ses nombreux changements de paliers et d’allégeances politiques, elle a pu se fourvoyer. Beau dommage. Un parti solide aurait passé au travers d’un si minuscule fait divers, mais là, faut avouer que ç’a eu l’effet d’un coup de vent sur un château de carte. Si le parti est faible, c’est simplement à cause de son MANQUE DE LEADERSHIP; il n’a pas de chef. Si c’était une stratégie de communication, sacrez-moi le stratège dehors, à l’instant… OUT !

À l’élection partielle de Gouin – le nid du gauchisme au Québec – j’avais piqué une colère parce que le chef du PCQ avait déclaré ne pas vouloir présenter de candidat, que c’était perdu d’avance et gnagnagna. C’est à ce moment que j’ai compris que le PCQ sous Adrien Pouliot n’irait nulle part tant que ce dernier sera chef. Vous ne pouvez aspirer au pouvoir si vous ne vous présentez pas. Samuel Doiron-Fillion a fini par se sacrifier, parce qu’il le fallait. Il peut être plus fier de son 0.5% que du score d’hier de Mme Asselin. Est-ce que Québec Solidaire a hésité à présenter un candidat dans Louis-Hébert ? Ne répondez pas… Le PCQ se plaint toujours de son manque d’exposition dans les médias, mais Adrien a une chronique hebdomadaire à CHOI avec Jeff Fillion, et aucune radio parlée n’a été hostile au parti. Québec Solidaire, sans rien, avec un no name comme candidat, a battu le PCQ ! C’est pathétique… L’exécutif se réjouira d’avoir battu Option National et le Parti vert !

C’est la faute à qui ?

Un chef de droite qui a applaudi la décision de Justin Trudeau (PLC) de vouloir légaliser la culture / vente / consommation du cannabis m’inquiète. Les membres devraient le questionner sur ses intérêts à voir une telle loi être acceptée, donc sur ses investissements dans un mariculteur coté en bourse. Rien d’illégal : tant qu’on n’est pas élu, on est citoyen… c’est plus moral et éthique que problématique. Adrien Pouliot ne peut se prononcer avec sévérité contre la légalisation, il nuirait à l’entreprise et quand on investit, ce n’est pas pour perdre de l’argent ! Ah… j’oubliais, le PCQ est maintenant de droite progressiste; ça c’est la même chose qu’être de “gauche efficace” ! Si Adrien est un homme d’affaire accompli, un gentil monsieur à la compétence économique assurée, il n’est pas le leader dont un parti de droite et ses membres ont besoin.

L’incident “troisième lien” n’est qu’une gaffe de parcours, je ne crois pas qu’on puisse blâmer la candidate pour le piètre résultat suite à sa campagne, par contre ceux qui se sont occupés de la crise… Je vais éviter les gros mots, mais la vidéo de madame ! J’ignore qui a écrit le texte, qui a filmé, qui a eu l’idée ou qui est responsable d’un truc aussi mauvais que maladroit… disons simplement que ma fille de 7 ans, avec un vieux IPhone 4, arrive à faire mieux !
Alors… Il reste un an avant l’élection générale de 2018. Il faut que le chef fasse un chef de lui-même (pour une fois), il doit foutre beaucoup de monde à la porte avant de démissionner… Le PCQ vivotait, maintenant il agonise !
Je suis membre du PCQ, mais je songe sérieusement à demander un remboursement avant de trop perdre, moi aussi, sur mon investissement !