Russel-Aurore Bouchard

Russel-Aurore Bouchard (née Russel Bouchard le 4 octobre 1948 à Chicoutimi) est une écrivaine et historienne québécoise habitant la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle s’est spécialisée dans l’histoire de cette région et a produit de nombreuses publications sur ce sujet. Ses derniers ouvrages sur l’ethnogenèse du Peuple métis de la Boréalie québécoise lui valent, aujourd’hui, d’être reconnue comme une spécialiste en ce domaine ainsi que le lien de mémoire de son peuple.

DITES-MOI QUE JE RÊVE !

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 475 autres abonnés

 

 

 

 

Légalisation du pot. Une nouvelle société publique, non commerciale et sous la responsabilité du ministre des Finances avec la contribution de la SAQ, sera mise sur pied pour assurer la distribution et la vente du cannabis au Québec.

Élections fédérales partielles dans Lac-Saint-Jean, les libéraux l’emportent avec 37% des suffrages exprimés alors que leur chef a l’intelligence d’un dégénéré.

Les libéraux du Québec déposent le projet de loi 62 qui oblige à donner et recevoir des services à visage découvert. Une seule exemption : les femmes portant le niquab et la burqa sont exemptes alors que c’étaient justement ces signes religieux qui devaient être visés.

Le Parlement de Québec se prépare à voter pour le retrait du crucifix à l’Assemblée nationale pendant qu’on se prépare à interdire le col romain dans les hôpitaux.

Encore au Québec, 70 humoristes se disent bouleversés des allégations d’agression sexuelles contre Gilbert Rozon et vantent le « courage » de Julie Snyder auprès du producteur déchu… vingt ans après le fait présumé ! Question : mais où étaient-ils tous, quand ces choses se produisaient à répétition sous leurs yeux ? Pourquoi n’ont-ils pas parlé plus tôt ? Cela aurait évité à des innocentes de se faire happer par le satyre ! Qui ne dit mot consent dit l’adage. Fallait-il attendre d’être 70 pour se trouver le « courage » de parler ?

Avec tout ce que je vois, entends et dois subir depuis quelques temps, suis-je la seule à me trouver de plus en plus inconfortable dans ce monde amoral qui a perdu tout sens des valeurs, toute dignité et le moindre courage? Et ce ne sont là que les nouvelles du jour, à la une des journaux. Un foutoir, je vous dis ! Nous vivons dans un immense foutoir dans lequel on ne cesse d’étendre les limites du pire, de la sottise humaine, de l’hypocrisie et de la lâcheté humaine. Vitement un deuxième déluge pour venir nous délivrer de cette humanité décadente.