Samuel Fillion Doiron

Étudiant en Enseignement de l’univers social et de l’éthique et culture religieuse au secondaire, vice-président régional de la Capitale Nationale et de Chaudière-Appalaches au Parti conservateur du Québec.

La désinformation des unilinguistes québécois? Le prestige de la victimisation?




Google Maps

Je vous avoue avoir du mal à trouver un titre a cette publication. La désinformation des uni linguistes québécois? Le prestige de la victimisation?

Je sais par contre que ce n’est pas la première fois que m’arrache les cheveux de sur la tête en lisant une nouvelle à propos des États-Unis publiée par un journal québécois.

Comment une couverture médiatique peut-elle aussi différente d’un pays à l’autre?
L’acteur de cette histoire se nomme Dr Jacques Roy. Il a lui aussi quitté le Québec pour expérimenter le rêve américain. Il a quitté avec sa conjointe, également médecin.


Le Texas Medical Board que je vais renommer le Conseil Médical pour le temps de cette publication, a reçu plusieurs plaintes du Dr Roy. Parmi ces plaintes nous avons une jeune fille de 6 ans qui est décédée suite aux soins du Dr Roy et celle d’une femme avec laquelle il avait une relation amoureuse qui est décédée dans un accident de voiture suite à une overdose d’un médicament qu’il lui avait faussement prescrit (hydrocodone).


Le Conseil Médical l’a mis sous probation


Jusqu’ici, son histoire s’apparente à celle de plusieurs professionnels de la santé et n’aurait jamais fait les manchettes.
Par la suite, il a été engagé dans un centre pénitencier. Il a été renvoyé parce qu’il avait prescrit une substance qu’il ne pouvait prescrire sous probation (Valium). Il s’est expliqué en disant qu’il ne savait pas que le Valium était sur cette liste des substances contrôlées.


Le Dr Roy en avait probablement marre de se tourner les pouces… il a donc demandé la permission de pratiquer dans une clinique de dysfonctions érectiles. Il expliqua que c’était une position excellente pour lui, car il ne serait qu’en présence d’hommes et qu’il n’y a pas ou peu d’ordonnances de substances contrôlées. Le fait de n’avoir aucune expérience en la matière n’a fait titiller personne… ou peut-être le patient qu’il a rendu impuissant à vie.


Un homme dans la trentaine demande de l’aide. Il a du mal à avoir et tenir une érection. Le Dr Roy lui prescrit une substance qu’il doit s’injecter. Après deux jours d’érections sans répit, le patient demande des explications. Après des heures et des heures d’essais de techniques de décompression dont je ne pourrais vous fournir aucun détail ,car disons que ce n’est pas tellement mon domaine, le patient se rend à l’urgence où il est opéré, mais en vain.


Bien entendu il y a eu poursuite et le patient a gagné. Il a été payé, mais dans un cas comme celui-ci, le compte de banque bien rempli n’est pas une grande consolation.


Donc, toujours en probation, il cherche un emploi. Il peut pratiquer sous les ordres d’un autre médecin alors pourquoi pas sa conjointe? Le Conseil Médical a reçu une multitude de lettres venant de sa conjointe pour honorer le travail du Dr Roy, cet être dévoué.


Le Conseil a levé la probation.
À ce moment-ci, j’aimerais faire une pause. Je veux vous avouer que vraiment tout ce que j’ai raconté jusqu’à maintenant, ce n’est que du bla bla pour remplir ma page blanche. Ce ne sont que des preuves supplémentaires qui ont joué contre lui. Ce ne sont que des exemples qui ont montré que sa bonne foi n’était peut-être pas aussi rigide qu’on le croit.


Vous connaissez Medicare et Medicaid? Ce sont les assurances publiques aux États-Unis. Les patients qui ont droit à ces assurances sont soit pauvres, âgés ou encore invalides donc vulnérables.


Il a certifié 11 000 patients éligibles à recevoir des soins à domicile. Comment un médecin peut s’occuper correctement de la santé de 11 000 patients? C’est ce qui a mis la puce à l’oreille.


En 2010, la moyenne de certifications pour des soins à domicile était de 104 par médecin. Il en a eu plus de 5000.
Comment est-ce possible! Facile. Il a opéré plusieurs cliniques en même temps :
– Medistat Group Associates
– P.A.
– Apple of Your Eye Health Care Services, Inc.
– Ultimate Care Home Health Services
– Charry Home Care Services
Ce cas a été enquêté par le FBI (Federal Bureau of Investigation) le U.S. Department of Health and Human Services, l’Office of Inspector General, et le Texas Attorney General’s Medicaid Fraud Control Unit.


Le personnel des nombreuses cliniques mentionnées recrutait des patients potentiels entre autres dans les centres pour les sans-abris. Les recruteurs recevaient 50$ par patient recruté. Ces gens devenaient des patients du Dr Roy, mais ce dernier ne consultait même pas ces dossiers. Les recruteurs avaient comme directives de signer les documents certifiant que les patients étaient admissibles aux soins à domiciles et approuvés par un médecin. Ils devaient également falsifier les dossiers médicaux.

Pire encore, le personnel tenait un registre de fausses visites pour ensuite les réclamer aux assurances.
De pauvres gens vulnérables ont servi de numéros pour engraisser le portefeuille de ce médecin.


Il a été condamné à 420 mois de prison fédérale et à rembourser 21,1 millions de dollars. Il a dû rester en prison jusqu’à son procès, car lors de l’enquête, les policiers ont découvert un certificat de naissance au nom de Michel Poulin et une application pour un passeport avec le même nom. Ils ont également trouvé un bouquin intéressant : Hide Your A$$ET$ and Disappear — A Step-by-Step Guide to Vanishing Without a Trace. Comment disparaître sans laisser de trace?

On craignait qu’il fuie le pays.

L’avocat du diable

Le Dr Roy et son épouse affirment être victimes et servir d’exemple au gouvernement américain dans les causes de fraude dans le domaine de la santé. Jacques Roy est décrit par sa famille et ses amis comme étant un médecin très attentionné donnant sa vie pour ses patients. Selon ses proches, il n’a même pas lu le bouquin trouvé chez lui. Comment peuvent-ils savoir?

Son vol d’identité est expliqué par sa fascination des types de film à la James Bond.
Nous ne connaîtrons peut-être jamais la vérité absolue. Lors d’une quête de la vérité, il est bon d’analyser le nombre de situations embarrassantes. Peuvent-elles toutes être le fruit du hasard?

Il faut se rappeler qu’il a été jugé par un jury et il était passible de 105 années de prison (pour plusieurs chefs d’accusation). Il possédait des comptes de banque à l’étranger ouverts avec son nom d’emprunt, Michel Poulin (le mari d’une cousine décédé en 1984). – Lorsque les autorités se sont aperçues des supercheries, ils ont cessé les paiements à la clinique du Dr Roy car ils soupçonnaient un cas de fraude. Le médecin a détourné le système en utilisant le nom d’une autre compagnie pour soumettre ses réclamations.

Une à la suite de l’autre, les preuves s’alignaient et a laissé le jury sans l’ombre d’un doute.
Donc, lorsque je lis le Journal de Montréal et que je me questionne sur l’honnêteté du journaliste qui en fait son éloge, je ne sais quoi penser. L’article fait allusion à la race du juge et même à la participation de sa fille à un show télévisé…


Est-ce le procès du Dr Roy ou celui du gouvernement américain et texan?

Sources :
La descente aux enfers d’un médecin québécois

Ses proches y voient une «profonde injustice»

Un médecin de Dallas et trois propriétaires d’agences de santé à domicile de la région de Dallas sont reconnus coupables d’avoir exécuté un programme de fraude à grande échelle et sophistiqué dans le domaine des soins de santé

https://www.dallasnews.com/news/crime/2017/08/09/doctor-maimed-patients-bilked-taxpayers-record-370-million-gets-35-years-prison