Olivier Kaestlé

Diplômé d’un baccalauréat en littérature française (Université du Québec à Trois-Rivières) et d’un certificat en journalisme (Université Laval), Olivier Kaestlé a commencé à s’exprimer dès 2006 dans les tribunes d’opinion sur une pléthore de sujets. C’est en créant son blogue en 2009 qu’il a choisi de se consacrer presque exclusivement à la condition masculine et à la dénonciation des injustices et iniquités vécues par les hommes et les garçons, tout en se vouant à la lutte à l’intégrisme religieux, qui menace de plus en plus les femmes et les filles ayant la chance de vivre selon les valeurs civilisées du Québec. Olivier co-anime également avec Lise Bilodeau l’émission « Tant qu’il y aura des hommes…  » sur les ondes de Radio Média Plus.ca.

Hommes exclus d’un festival en Suède : erreur sur la cible !

Emma Knyckare, l'humoriste qui ne trouve pas les hommes drôles...

Je le sais d’avance, les lignes qui suivent vont m’attirer les qualificatifs de xénophobe, d’islamophobe et, pourquoi pas, d’omniphobe, un coup parti, en plus de ceux, si prévisibles, d’antiféministe et de misogyne. Que voulez-vous, j’ai pour mon dire que, lorsque des voix misandres ont un impact dévastateur sur une société dite civilisée, il faut les dénoncer. C’est plus fort que moi.

Même si, dans le cas présent, il s’agit de la Suède, il reste de fortes possibilités, notre planète étant un petit village, pour que l’initiative déplorable et sexiste mise de l’avant par une humoriste suédoise, Emma Knyckare, puisse trouver un écho favorable au Québec. Qu’a donc concocté cette artiste ? Un festival de musique sans hommes, qui se déroulera les 31 août et 1er septembre prochain, à Göteborg, en Suède.

La raison de cette ségrégation ? L’indignation de Madame devant le nombre grandissant d’agressions sexuelles commises lors de récents festivals de musique dans son pays. En bout de ligne, toute forme de vie humanoïde, à l’exclusion des hommes hétérosexuels, sera acceptée afin de « créer un espace sûr pour les femmes, les personnes non binaires (sic) et transsexuelles qui veulent participer à un festival et être en sécurité. » Arrière, méchants hommes hétéros !

Des précédents qu’on préfère ignorer…

Si madame Knyckare se donnait la peine de voir plus loin que le bout de son nez et se penchait sur les causes réelles de l’augmentation des agressions sexuelles au cours des festivals de musique, elle envisagerait une problématique qui remettrait en cause le laxisme des politiques d’immigration de son pays, surnommé depuis peu capitale occidentale du viol. À ce sujet, on peut lire dans le Figaro :

« Il aura fallu que le scandale des agressions sexuelles éclate en Allemagne pour qu’une affaire similaire, jusqu’ici passée sous silence, sorte au grand jour en Suède. Comme à Cologne, de nombreuses femmes y ont été agressées par des migrants. Seulement, les faits sont plus anciens. Ils remontent à l’été 2014 lors d’un festival musical se déroulant à Stockholm.

« […] Un représentant de la ville de Stockholm, Roger Ticoalu, confirme que le festival a été confronté à ce type de phénomène : « Nous n’avions jamais vu cela avant, de grands groupes de jeunes hommes encerclaient les jeunes filles pour les agresser. » Les plus jeunes ont une douzaine d’années. L’une des jeunes femmes, âgée de 15 ans, témoigne : « Aussitôt que vous arriviez dans la foule, ils commençaient à vous encercler. »

« Dans les cas où nous avons pu arrêter les suspects, il s’agissait d’étrangers, souvent récemment arrivés en tant que réfugiés, âgés entre 17 et 20 ans, sans leur famille », a précisé Ticoalu. »

Les mots-clés sont lancés : migrants, réfugiés, étrangers. Faut-il se surprendre si, en Suède plus encore que chez nous, une gauche radicale et intersectionnelle interdit toute dénonciation les impliquant au nom de la rectitude politique ? Les hommes blancs de souche et hétérosexuels font de si meilleurs boucs émissaires et, en plus, on exclut les migrants sans que ça paraisse… Il suffisait d’y penser.

En juillet 2016, un autre incident analogue, survenu lui aussi au cours d’un festival, a été relaté par le Figaro :

« Le gouvernement suédois veut étendre la répression des abus sexuels, après une série d’agressions lors de festivals la semaine dernière, a déclaré ce mardi le premier ministre (social-démocrate) Stefan Lofven.

« […] Pour le festival de Bravalla, à 140 km au sud-ouest de Stockholm, la police affirme que les agresseurs agissaient de manière isolée. En revanche, au festival de Karlstad, à 300 km à l’ouest de Stockholm, les suspects seraient des bandes de jeunes migrants. […] L’arrivée en Suède de près de 163.000 demandeurs d’asile en 2015 a suscité de nombreuses inquiétudes, qui profitent au parti des Démocrates suédois. »

Encore les mots clés : migrants, demandeurs d’asile. L’initiative aussi ridicule que sexiste d’exclure tous les hommes d’un prochain festival est néfaste et stérile à deux titres : elle ostracise une majorité d’hommes sans reproche et balaye sous le tapis le problème d’une immigration irresponsable et précipitée dont les balises ne tiennent pas compte de la sécurité du pays. Il s’agit d’une dérive évidente entraînée par une volonté aveugle d’importer à tout prix des électeurs qui voteront pour le gouvernement qui les aura accueillis inconsidérément dans son pays au nom de « l’ouverture sur l’autre ».