Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

La Planète bleue… quand elle n’est pas blanche!




La glace vient de l'eau. C'est la forme liquide du H2O. Les nuages constituent sa forme gazeuse visible.

On appelle Mars la Planète rouge. Mais aussi la Planète rouillée. Mais on pourrait faire de même avec la Terre en la qualifiant de Planète blanche… ou de Planète oxydée!

Par Ghislain Loiselle

Comment cela? Parce qu’en géologie, la glace est classée dans les oxydes. Eh oui! Cette matière inclut l’eau. Et la formule chimique de l’eau est H2O. L’eau est un oxyde, un composé oxydant. Liquide, mais qui devient solide lorsqu’il gèle, et gazeux quand la température s’élève assez.

Bien sûr, la Planète bleue (on lui donne cette autre désignation à cause de sa surface qui est couverte aux deux tiers par de l’eau… liquide, et qui lui donne une coloration bleutée, tout comme l’atmosphère qui est en grande partie composée de vapeur d’eau) n’est pas toujours en neige et en glace. Cela survient l’hiver, aux plus hautes latitudes, à l’intérieur des cercles arctique et antarctique presque en tout temps et lors des glaciations où, là, le couvert blanc conquiert plusieurs parallèles vers le Sud, en partant du Pôle Nord, et de nombreux parallèles vers le Nord depuis le Pôle Sud.

Qu’elle soit solide, liquide ou gazeuse, l’eau est en effet un oxydant et un puissant à part de cela. C’est en grande partie grâce à l’eau que la Terre digère tout, qu’au bout de 100 ans, les matières sur Terre sont tellement transformées que, dans bien des cas, on n’a plus aucune trace d’elles. Je pense au fer, au bois, etc. Même dans l’eau, l’élément fer se fait littéralement dévorer par l’oxygène que l’eau contient à profusion. Il en est autrement pour le bois, sur une période courte, du moins. Qui n’a jamais remarqué comment la matière ligneuse a de la difficulté à se détériorer quand elle séjourne dans l’eau. On dirait même que l’eau lui donne de la valeur, sur le plan de la qualité (solidité), de la durabilité, de la beauté une fois scié. Mais l’eau finit par venir à bout de tout, à cause de l’oxygène et avec l’aide des micro-organismes, comme les champignons qui, pour vivre, ont besoin d’eau. Sans eau, point de ce fruit de la nature. Sans eau, point de vie. Curieusement d’ailleurs, car l’oxygène devrait être nocif. Mystère de l’Univers!