Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Le changement d’heure n’est profitable qu’au printemps




D’aucuns ont pu remarquer la plus grande luminosité qu’il y a vers les 8 h du matin depuis qu’on a reculé l’heure, le 5 novembre. D’aucuns ont sans doute aussi constaté la plus grande noirceur, vers les 17 h, depuis le changement d’heure!

Par Ghislain Loiselle

À quoi cela sert-il alors de changer l’heure si on passe du noir au blanc d’un côté et du blanc au noir de l’autre?

Autrefois, c’était pour économiser l’énergie. Est-ce vraiment encore le cas? L’éclairage des bâtiments? Pas sûr du tout que cette pratique est encore pertinente. Peu importe qu’on se soit alignés ou non sur les États-Unis pour la date du changement d’heure, le changement comme tel est, je trouve, discutable. En fait, c’est au printemps que ce geste est significatif. Avancer l’heure permet en effet de profiter de plus de soleil pendant la soirée. Point à la ligne. L’économie d’énergie, c’était jadis. L’heure avancée de l’Est, ou heure anormale de l’Est, pour ironiser un peu, est en ce sens profitable.

Je sais qu’il y a une province en particulier au Canada qui s’est toujours objectée à cette pratique. C’en est une très agricole. Je parle de la Saskatchewan. C’est la seule irréductible au pays. Cela fait depuis 1963 qu’on a commencé à jouer avec l’heure, en sol canadien. Mais cette province des Prairies a décidé de toujours utiliser l’heure normale (celle du Centre) à longueur d’année. Son heure est donc comparable à celle des autres provinces six mois durant.

À l’instar de la Saskatchewan, certains coins de la Colombie-Britannique ne procèdent pas au changement d’heure.

Au Québec, il faut changer l’heure deux fois par année : le 2e dimanche de mars, l’heure doit être avancée d’une heure (heure avancée de l’Est ou heure d’été); le 1er dimanche de novembre, l’heure doit être reculée d’une heure (retour à l’heure normale de l’Est).