Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Le grand glacier nord-américain a disparu au Québec 4 000 ans avant Jésus-Christ




C’est quelque part dans la vallée de la rivière Caniapiscau, dans le Nord québécois, que le dernier lambeau de glace du grand glacier nord-américain, l’inlandsis laurentidien, a fondu, il y a 6000 ans, donc 4000 ans avant Jésus-Christ.

Par Ghislain Loiselle

C’est à ce moment qu’on enregistrait les plus chaudes températures du présent interglaciaire (Holocène) sur la Terre, lesquelles n’ont jamais été réatteintes depuis, alors qu’on parle sans cesse de réchauffement de la planète, de nos jours…

J’ai pris cette photographie depuis notre avion Otter, au nord du réservoir Caniapiscau, lorsque je suis allé faire un contrat de géophysique avec l’équipe de Rémi Bélanger, en mars 2016, au sud de Kuujjuaq, dans la région de la baie d’Ungava, au Québec.

Je tiens mes renseignements du livre Abitibi-Témiscamingue. De l’emprise des glaces à un foisonnement d’eau et de vie. 10 000 ans d’histoire. L’inlandsis laurentidien a entièrement disparu du sol abitibien et témiscamien il y a environ 8000 ans.

La dernière glaciation, qui a notamment emprisonné l’Abitibi-Témiscamingue sous des glaces qui, au Canada, ont atteint par endroits jusqu’à trois kilomètres de hauteur et en moyenne un kilomètre, a duré de l’an -108 000 à l’an -18 000 avant J.-C. L’ère glaciaire dite du Wisconsin s’est donc étalée sur 90 000 ans. Il a fallu 14 000 ans de fonte depuis le maximum d’expansion du grand glacier jusqu’à la disparition du dernier culot de glace, dans le Nord-du-Québec.