Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Nul n’aime être ébloui sur la route… Alors…




Les phares aux DEL peuvent être alignés compte tenu de leur éblouissance.
Beaucoup de véhicules sont équipés de  »fog lights » en plus des phares standards. On retrouve aussi des lumières surélevées.

Les diodes électroluminescentes, communément appelées par leur sigle, DEL, utilisées dans les phares des automobiles, camionnettes, camions, motocyclettes, etc. sont-elles trop éblouissantes? Constituent-elles une danger pour la sécurité des usagés de la route? L’aveuglement dont se plaignent moult conducteurs est-il attribuable à un mauvais alignement des phares, qu’ils soient ou non dotés de DEL? La hauteur des véhicules y est-elle pour quelque chose dans l’éblouissement? L’utilisation des  »hautes », que l’éclairage soit conventionnel ou non, est-il en cause?

Par Ghislain Loiselle

Voilà autant de questions qui surgissent, chez les automobilistes, ces dernières années, depuis l’utilisation de plus en plus grande de cette source d’éclairage dans l’industrie automobile.

Je dirais personnellement que l’éclairage bleuté des DEL, s’il éclaire mieux la route, génère un effet de suréclairage chez ceux rencontrant les véhicules qui en sont équipés. Je crois qu’il va de soi que les faisceaux lumineux devraient être dirigés sur les voies en tenant compte de cet éclairage beaucoup plus net et vif. Sinon, oui, cela peut être dangereux sur la route quand on se trouve devant l’équivalent de hautes avec des phares ordinaires. Quiconque reçoit une trop forte lumière dans les yeux peut ne plus être capable de bien voir après le passage de la source lumineuse. Tout le monde a déjà constaté cela, notamment avec une lampe de poche ou une autre lumière vive. Un luminaire sans abat-jour dans une cour privée peut créer l’éblouissement chez un automobiliste. Alors que dire de phares de véhicule?! Pour ce qui est de la hauteur des gros v.a., comme les utilitaires sport, les pick-ups, les camions, il m’apparaît logique que cette réalité des dimensions oblige à tenir compte de tous les voyageurs dont bon nombre ne se trouvent pas à même hauteur. Il y a beaucoup de camionnettes et de poids lourds, en Abitibi et au Témiscamingue, par exemple. Il faut donc adapter l’alignement de ses phares de façon à ne pas nuire à la conduite des autres. Pure logique.

Pour ce qui est des multiples phares, leur utilisation relève du gros bon sens de celui qui se trouve derrière le volant. Même chose pour l’emploi des hautes lorsqu’on suit ou qu’on rencontre. Cela relève non seulement du savoir vivre, mais aussi de la sécurité routière.

Nul doute que la police peut intervenir à cet égard, pour la sécurité publique, car, c’est bien réel, la lumière peut sérieusement affecter la conduite et personne ne souhaite des morts et des blessés sur nos route pour des causes qui peuvent être écartées d’emblée.