Madame 10-04

10-04 MÉDIA est une plate-forme d’information rapide et axée sur les faits-divers et le commentaire. Nous sommes une équipe de passionnés qui a le désir de vous informer sans contrainte et manipulation de quiconque. Notre seul objectif est de vous transmettre les faits tels qu’ils sont.

Une poursuite 2,4 millions de dollars contre la Sûreté du Québec




Gracieuseté

En septembre 2013, Thao Neth, un homme de 62 ans, a été atteint à une épaule par un projectile tiré par le Groupe tactique d’intervention (GTI) de la Sûreté du Québec. Le GTI était en mission à la recherche d’hommes armés et de plantations de marijuana puisque du cannabis avait été saisi dans le secteur quelques jours plus tôt, et il a dû passer par les terres de monsieur Neth à Saint-Mathieu-du-Parc.

Thao Neth se serait fait fusiller après qu’il eut tiré sur une perdrix. Selon ses explications, il aurait vu une tache sombre se déplacer rapidement vers le bois. Convaincu qu’il s’agissait d’un orignal, il s’est emparé de son fusil de calibre .12, mais en cherchant les pistes de l’orignal, il a vu une perdrix qu’il a tirée. Donc, il n’aurait jamais soupçonné qu’il y avait des policiers en mission sur son terrain. Une version que le juge n’a pas crue lors de son passage en cour.

Une enquête a été effectuée par la police de Québec étant donné l’implication de la SQ dans cette opération qui a mal tourné. Au final, le procureur de la Couronne a conclu qu’il n’y avait pas matière à porter des accusations contre le Groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec.

Thao Neth confirme détenir de solides preuves qui démontrent que la police de Québec a bâclé l’enquête pour camoufler les erreurs commises par la Sûreté du Québec. Des preuves auraient également  été effacées sur deux caméras qui se trouvaient sur le terrain du plaignant, mais par chance pour ce dernier, il y en avait une troisième qui contiendrait les preuves dont il a besoin pour prouver que les policiers auraient modifié une scène de crime.

Ce ne sont pas moins de 15 agents de la paix de la police de Québec ainsi que du Groupe tactique d’intervention qui sont ciblés par cette poursuite au criminel. Il est à noter que rien d’illégal n’a été retrouvé par les policiers sur les terres de M. Neth qui attend toujours les conclusions d’une poursuite au civil de 2,4 millions de dollars contre la Sûreté du Québec.

Monsieur Neth est bien conscient de tout ce qu’implique cette démarche, mais il est tout de même confiant du résultat final. Ce dernier dit également avoir peur de retourner sur ses terres tant que cette affaire ne sera pas terminée. Pour le moment, il purge une sentence suspendue avec l’obligation de réaliser 240 heures de travaux communautaires, en plus d’être privé d’armes à feu pour une durée de 10 ans.

Il a dû subir des greffes des nerfs et des os au niveau de l’épaule gauche et la mobilité de cette dernière a été réduite de 75%. Il devra composer également avec des douleurs constantes dues au fait que des fragments de projectiles, qui ne peuvent être délogés, se trouvent toujours dans son bras, ce qui nuit grandement à ses activités professionnelles.