Amélyse Morel

Une fin de troisième à oublier pour les Foreurs

Pour un deuxième match en trois jours, les Foreurs de Val-d’Or affrontent l’Armada de Blainville-Boisbriand, dimanche après-midi au Centre d’Excellence Sports Rousseau. Ce sont 2437 spectateurs qui sont présents pour assister à la rencontre.

BLOGUES

Attention ! Cet ennemi guette votre enfant…

Votre enfant a moins de 10 ans. À certains moments, il lève vers vous ses deux yeux candides, semblables à ceux d’un chevreuil sans défense, dans un élan d’abandon sans réserve et de reconnaissance filiale. En vous, il investit sans hésiter toute sa confiance, son espoir indéfectible en des lendemains qui chantent. Son regard soutenu vous fait sentir à quel point, malgré les disputes occasionnelles et les gaffes inhérentes à l’enfance, vous êtes soudés l’un à l’autre, comme le lierre à la façade d’une maison ancestrale, semblable à vous, inébranlable et rassurante. En cette minute ultime, vous confondez l’instant présent et l’éternité, en une étreinte temporelle aussi forte que le lien viscéral qui vous unit. Ne vous laissez pas abuser. Ça ne durera pas.

BLOGUES

Intimidation : le jour où Popeye vint à ma rescousse…

À bien y penser, qui n’a vécu, à un moment ou un autre, un épisode de violence, même si le reste de sa vie ressemble à un long fleuve tranquille? Quand j’étais enfant, ma famille et moi habitions près du futur site de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Un après-midi de printemps, je jouais avec mon voisin Germain (nom fictif), dans la cour arrière de notre immeuble. Assez costaud, il était d’un an mon aîné et mesurait bien une tête de plus que moi.

BLOGUES

On est mûrs pour des feux de circulation à la sortie principale du quartier d’Évain!

Comment se fait-il qu’il y ait des lumières à l’intersection de la rue Caron et de la route Transcanadienne 117-101 et qu’il n’y en ait pas encore à la sortie de la rue Amisol, anciennement Beauchastel, alors que c’est la principale entrée et sortie du quartier d’Évain à Rouyn-Noranda?

BLOGUES

Facteur vent… bourre, mais bourre égal !

Ce matin je me suis levé, j’ai pris mon café et j’ai fait un truc que je ne fais plus depuis un bon bout de temps… j’ai ouvert la télé et j’ai syntonisé Le Canal Niaiseux (LCN). Le vide médiatique du temps des Fêtes oblige le quatrième trio de l’équipe journalistique à faire du remplissage, à bourrer leur temps d’antenne avec du grand n’importe quoi… Cela donne lieu à des moments télé anthologiques !

BLOGUES

Le gars, au coin de la rue…

Je me souviens encore d’un certain premier janvier. Entre deux repas familiaux trop copieux, je décidais de m’oxygéner par une marche digestive vers le centre-ville. Il y avait peu de monde dans les rues de Trois-Rivières. La majorité devait, comme moi, célébrer en famille l’arrivée de l’année nouvelle et y aller de commentaires effervescents sur le dernier Bye Bye.