Pierre-Hugues Boivenu

Originaire de l’Abitibi, Pierre-Hugues Boisvenu possède un baccalauréat en psychopédagogie et une maîtrise en administration publique. il a œuvré plus de 30 ans dans l’administration publique québécoise comme haut fonctionnaire et sous-ministre. En tant que sénateur, il œuvre à renforcer la législation et les droits des victimes dans le système judiciaire canadien. Il souhaite pouvoir également faire adopter la Charte des droits des victimes au cours de son mandat.

Légalisation de la marijuana : la date butoir a été hallucinée par tous… sauf le Premier ministre

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 530 autres abonnés

 

 

 

 

" Ça sera pas le 1er juillet, c'est quelque chose qu'on va faire pour l'été prochain. La date, ce ne sera pas le 1er juillet. Ça, je peux vous rassurer de ça, je ne sais pas d'où est partie cette date-là " (Justin Trudeau, le 19 décembre 2017).

Le Premier ministre contredit ses propres ministres :

Le jour du dépôt du projet de loi en avril 2017, le secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice a confirmé la date du 1er juillet.

Quelques semaines plus tard, en mai 2017, la ministre fédérale de la Justice a reconfirmé cette date à la Chambre des communes.

J’ai moi-même, à plusieurs reprises, adressé des questions claires au leader du gouvernement au Sénat relativement à la date du 1er juillet. Il n’a jamais remis cette date en question.

Est-ce que M. Trudeau est le seul à ne pas avoir entendu parler de cette date butoir du 1er juillet 2018 ?

Même les provinces se sont plaintes de cette date symbolique qui leur laisse très peu de temps pour s’adapter à cette légalisation mal rédigée.

Pouvons-nous considérer la déclaration du Premier ministre comme un mensonge? Qu’en pensez vous?

Commentez et partagez. Merci.