Cold Heimatlos

Cold Heimatlos, c’est un chroniqueur à la plume irrévérencieuse, aux commentaires cinglants et à l’humour qui fait grincer des dents. Enseignant au niveau professionnel, auteur d’un roman noir, sa plus grande préoccupation est l’état lamentable dans laquelle se trouve la relation entre l’Homme et la liberté. C’est sous cet angle qu’il aborde ses sujets : le rétrécissement constant des libertés doit être expliqué et compris par le citoyen avant d’être dénoncé. Il s’insurge devant la douce et thérapeutique dictature de l’État et du dressage sensitif de l’Homme. Cette citation reflète sa pensée :
« Les êtres humains n’ont pas grandi en même temps que les institutions issues de leur cerveau. Ce sont surtout la faiblesse intellectuelle et morale des chefs et de leur ignorance qui mettent en danger notre civilisation. »
– Alexis Carrel in L’Homme, cet inconnu

Facteur vent… bourre, mais bourre égal !

Chef a domicile


Ce matin je me suis levé, j’ai pris mon café et j’ai fait un truc que je ne fais plus depuis un bon bout de temps… j’ai ouvert la télé et j’ai syntonisé Le Canal Niaiseux (LCN). Le vide médiatique du temps des Fêtes oblige le quatrième trio de l’équipe journalistique à faire du remplissage, à bourrer leur temps d’antenne avec du grand n’importe quoi… Cela donne lieu à des moments télé anthologiques !

Comme ils n’ont rien à se mettre sous la dent (lire le clavier) ils se rabattent sur la météo; le froid ESSTRÈME et la fameuse GLASSE NOUARRE (remarquez que bientôt ils vont nous parler de glace sombre, parce que glace noire risque d’alimenter le racisme systémique; autre débat!) Je change de chaîne pour le Réseau Des Intellectuels (RDI) et c’est la même chose, mais avec des termes scientifique. Retour sur LCN. Première chose que j’entends : « Le froid, le pire ennemi des sans-abris… » Ah bon ! Moi qui croyais que c’était l’État !… Suis soulagé de constater que l’été, les itinérants non pas d’ennemis… On nous incite à la « Prudence sur les routes » parce que les abrasifs ne fonctionnent pas par -30 degrés… Mais ils annoncent seulement -17… Ah, le refroidissement éolien ! -40 degrés à Montréal ! Je pense qu’il faut rectifier un peu les choses…

Qu’est-ce que le refroidissement éolien, à vrai dire ? Ce concept a été inventé pour décrire comment le vent augmente la perte de chaleur sur la peau exposée à l’air libre. Dans des conditions extrêmes, cela peut être un facteur crucial quant à la rapidité à laquelle apparaît la brûlure due au gel.

Donc, à l’abri du vent, il n’y a pas de refroidissement éolien ressenti. Les objets ne ressentent pas le facteur vent; par contre un morceau de métal à la température intérieure et que l’on sortirait dehors refroidira plus rapidement au grand vent, mais quand il aura atteint la température extérieure, il ne pourra pas être plus froid que celle-ci. Si vous êtes dehors et nu, vous perdrez votre température corporelle beaucoup plus rapidement par grand vent, mais une fois mort, votre cadavre ne sera pas plus froid que la température ambiante. L’important de bien se vêtir est pour contrer ce facteur, pour éviter de perdre notre chaleur corporelle. Donc, si vous êtes très bien vêtu, avec des vêtements chauds et qui coupent le vent, quand il fait -17 degrés, il fait -17 et pas -39 avec le maudit facteur vent. Arrêtez de paniquer ! L’asphalte n’est pas à -42 ce matin parce qu’il vente…

Conclusion, le refroidissement éolien n’est pas une invention – il existe vraiment – mais il est habilement récupéré par les médias pour alimenter (voire gaver) la crainte des gens, pour les garder captifs à l’écran et ainsi augmenter l’auditoire et leur permettre de vendre de la publicité. Ce n’est que ça, le refroidissement éolien.

Demandez-vous pourquoi l’été, quand il fait 24 degrés et que le vent se lève (le nordais) nos miss météo ne nous disent pas que nous ressentons un superbe 13 degrés ? Parce que ce n’est pas vendeur… Elles préfèrent l’indice « humidex » qui gonfle les chiffres au point de nous rendre la vie extérieure impossible…

Comment mesurer le refroidissement éolien (Merci WikiHow)

  1. Mesurez la température (T).
  2. Consultez ou mesurez la vitesse du vent (V).

(Si vous utilisez une mesure officielle de la vitesse du vent à 10 m de hauteur (33 pieds), multipliez-la par 0,75 pour obtenir une estimation approximative de la vitesse du vent à 1,5 m (5 pieds) de hauteur, la hauteur moyenne d’un visage humain. Un vent inférieur à 5 km/h (3 mph) n’a pas d’effet refroidissant significatif.)

  1. Introduisez ces valeurs dans la formule. Il y a eu plusieurs formules de refroidissement éolien au cours du temps et selon les différentes régions, mais nous allons utiliser celle qui est couramment utilisée au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada, créée par une équipe internationale de chercheurs. Mettez vos nombres dans la formule ci-dessous, en remplaçant T par la température et V par la vitesse du vent :

Si vous utilisez des °C et des km/h : température du refroidissement éolien =

35,74 + 0,6215T – 35,75V0,16 + 0,3965TV0,16

  1. Ajustez en fonction de la brillance du soleil. Un soleil brillant peut augmenter la température apparente de +5,6 °C à +10 °C (+10° à +18 °F). Il n’y a pas de formule officielle pour mesurer cet effet, mais soyez conscients que la brillance du soleil fera que l’air paraîtra plus chaud que ce que suggère la formule de refroidissement éolien.