Madame 10-04

10-04 MÉDIA est une plate-forme d’information rapide et axée sur les faits-divers et le commentaire. Nous sommes une équipe de passionnés qui a le désir de vous informer sans contrainte et manipulation de quiconque. Notre seul objectif est de vous transmettre les faits tels qu’ils sont.

ICI Abitibi-Témiscamingue en manque de sensationnalisme : est-ce votre mandat ?

Chef a domicile


Aujourd’hui, au Palais  de justice d’Amos, avait lieu la comparution de monsieur Rodrigue Savard, administrateur du site 10-04 MÉDIA.

Les faits qui lui sont reprochés et pour lesquels il devait comparaître sont d’avoir harcelé et d’avoir empêché la présumée victime, François Munger, propriétaire du site Médiat, d’effectuer son travail.

Bien qu’il ne s’agissait pas d’un événement d’envergure, les médias traditionnels étaient bien présents et ont semblé très heureux de tenir monsieur Savard dans la mire de leurs caméras. L’un des deux cameramans a été jusqu’à dévaler les escaliers pour enfoncer la porte menant vers la sortie afin d’avoir l’angle parfait pour voir monsieur Savard de face.

Ils couraient dans les escaliers; il a même fallu que nous nous écartions  afin de les laisser passer pour ne pas se faire heurter. Nous avons trouvé que c’était assez agressif de leur part de procéder ainsi. Nous comprenons qu’ils doivent capter des images, mais nous ne croyons pas que cela était nécessaire de le faire avec autant d’agressivité.

Nous tenons à rappeler qu’il ne s’agissait que d’une comparution et non d’une condamnation. D’autant plus qu’il ne s’agit pas ici d’un événement d’ampleur médiatique comme pour une personne qui a commis un délit beaucoup plus grave.

De plus, nous nous apercevons que certains propos qui ont été dits par monsieur Savard lors de l’audience d’aujourd’hui ont été déformés afin d’en faire un titre sensationnaliste dans un article de ICI Abitibi-Témiscamingue.

Voici le titre de l’article en question :

Rodrigue Savard plaide non coupable et promet « un bon show »

Monsieur Savard avait répondu au juge lorsqu’il lui a demandé s’il voulait consulter un avocat : « Oui, je vais consulter un avocat, mais je peux aussi me représenter seul, ça pourrait faire un bon show ». 

En aucun temps, il a promis un bon show. Ce sont des mots qui ont été rapportés autrement et qui déjà ont attiré des commentaires désobligeants sur le site de ICI Abitibi-Témiscamingue.

Rodrigue Savard devra retourner devant la justice le 29 janvier 2018.