Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Pneus d’hiver : le 15 mars n’a pas plus de bon sens que le 15 décembre

Chef a domicile


Y de l'hiver dans l'automne et dans le printemps, dans les régions plus hautes.

C’est très bientôt qu’on va pouvoir vérifier si le gouvernement du Québec a une tête sur les épaules, en lien avec la pose obligatoire des pneus d’hiver. Jusqu’à quand devra-t-on les garder? Telle est la question qui tue!

Par Ghislain Loiselle

Actuellement, la date charnière pour pouvoir enlever ses pneus d’hiver est le 15 mars. Mais, comme le 15 décembre n’a aucun bon sens, le 15 mars n’a pas plus d’allure. Il neige encore fin avril! Et les conditions sont souvent comme à l’automne, autour du point de fonte et de congélation.

Nul doute que le projet de loi à être adopté sur les pneumatiques d’hiver va tenir compte de la fin de la période dite hivernale. Jamais je croirai, ils y auront pensé.

Dans les régions québécoises situées aux latitudes plus élevées, et aux plus hautes altitudes (1000 pieds de plus qu’au bord du fleuve Saint-Laurent en Abitibi), l’automne, c’est déjà l »’hiver » et le printemps, c’est encore l »’hiver ». Pas compliqué. Il faut entendre par  »hiver », neige…

Je ne veux faire pleurer personne, mais, oui, il a déjà neigé en juin, en Abitibi. Et à quelques occasions en mai. Et plusieurs fois en avril. Pourtant, le printemps commence le 21 mars. On se demande aussi si le 15 avril serait acceptable comme date. Plusieurs verraient plutôt le 1er mai. Il y a tellement de surprises, météorologiquement, le printemps!

Combien de fois j’ai vu des gens enlever leurs pneus d’hiver le 15 mars, parce qu’ils avaient le droit de le faire, et se retrouver dans les jours qui ont suivi encore comme en plein hiver! Pour les pneus à clous, on peut s’attendre à des spécifications, car c’est un type particulier de pneus qui peut vraiment abîmer la chaussée.

Mais sans doute que le  »bill » sur les pneus d’hiver va aussi régler la question de la fin de la période problématique. Sûrement que nos élus ont repoussé la date de fin, peu importe à quand! Qui vivra verra.