Pierre-Hugues Boivenu

Originaire de l’Abitibi, Pierre-Hugues Boisvenu possède un baccalauréat en psychopédagogie et une maîtrise en administration publique. il a œuvré plus de 30 ans dans l’administration publique québécoise comme haut fonctionnaire et sous-ministre. En tant que sénateur, il œuvre à renforcer la législation et les droits des victimes dans le système judiciaire canadien. Il souhaite pouvoir également faire adopter la Charte des droits des victimes au cours de son mandat.

UNE SEULE SENTENCE POUR 3 VICTIMES FROIDEMENT ASSASSINÉES

Avant-hier, au palais de justice de Gatineau est finalement tombée la sentence de Shakti Ramsurrun, lequel a tué son ex-conjointe et ses ex-beaux-parents en 2012.

Ce dernier a été condamné à une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans pour avoir été reconnu coupable en mai dernier du meurtre prémédité de ses anciens beaux-parents, Louise Lebœuf et Claude Lévesque, et du meurtre non prémédité de son ex-conjointe, Anne-Katherine Powers.

LA JUSTICE QUÉBÉCOISE CONSIDÈRE DONC QU’ASSASSINER TROIS PERSONNES N’EST PAS PLUS GRAVE QUE D’EN AVOIR TUÉ UNE SEULE.

Il est déplorable que, malgré le fait que l’ancien gouvernement conservateur de Stephen Harper ait adopté en 2011 une loi qui permet aux juges d’imposer des sentences consécutives aux individus qui sont déclarés coupables de plus d’un meurtre au premier ou au deuxième degré, le juge Eric Downs a tout de même ignoré cette loi et a volontairement oublié 2 des 3 victimes de ce triple homicide.

Il me semble que les familles des victimes assassinées n’exigent pas beaucoup à notre système de justice : JUSTE DE LA MÉMOIRE DE LA PART DES JUGES.

Merci pour vos commentaires et partagez à la mémoire des victimes et de la famille éprouvée qui elle, se souviendra toujours.