Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Lundi, la pleine Lune du loup

 

 

 

 

Loup hurlant à la Lune.

Comme on a pu le constater dans les ciels sans nuages de nos dernières nuits très froides de décembre 2017, la pleine Lune s’en vient… à grands pas, à pas de loup.

Ghislain Loiselle

La pleine Lune du loup, pour employer le nom que lui donnent traditionnellement les Algonquins, est prévue pour ce lundi, le 1er janvier 2018.

La première pleine Lune de la nouvelle année sera alors à sa luminosité maximale à 21 h 24 très exactement. Il faut savoir qu’une pleine Lune reste dans le voisinage du 100 % visible pendant trois jours, à 98 % et 99 % la veille ou la journée d’après.

Fait non négligeable à noter : il y aura deux pleines Lunes en janvier. Une autre se produira en effet à la toute fin du mois, le 31 janvier. La même chose aura lieu en mars. Il y aura deux pleines Lune, aux mêmes dates qu’en janvier, soit le 1er et le 31.

Pourquoi la pleine Lune du loup, au fait? Parce qu’en janvier, le mois peut être le plus dur de l’hiver, les bandes de loups hurlaient énergiquement en circulant autour des villages amérindiens. La dernière saison de l’année sidérale était difficile pour tous, y compris pour les prédateurs. Les Algonquins ont ainsi prêté le nom du loup à cette pleine Lune.

Les  »Super Lunes »

Pourquoi dit-on par ailleurs que les deux pleines Lunes de janvier seront des  »super Lunes »? C’est quand la Lune se trouve à son périgée. Dans la nuit du lundi 1er janvier au mardi 2 janvier, la Lune est passée à  356 564 kilomètres de la Terre un peu avant 23 h. Sa distance de notre planète peut aller jusqu’à 406 740 km. Mais cette proximité de la Lune à son périgée est en fait difficilement perceptible. Ce qui l’est, par contre, et je l’ai vu de mes propres yeux, c’est l’effet de loupe qu’exerce l’atmosphère lorsque la Lune se lève à l’horizon. L’image de la Lune traverse une couche d’air si épaisse pour pervenir à notre oeil, à ce degré (peut-être 5 degrés par rapport à 90 degrés au zenith) que l’astre de la nuit paraît alors énorme, fantastique en grosseur. Rendez-vous le 31 janvier pour la prochaine « super Lune ». Mais misez plus sur l’effet de loupe lorsque la Lune est visible dans un ciel sans nuages, les nuages agissant comme des rideaux qui cachent un spectacle.