Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Faire du feu avec de l’eau… on en est rendu là!

 

 

 

 

À l’école secondaire, en sciences physiques, j’avais appris qu’on pouvait extraire l’hydrogène (H) de l’eau (H2O) par le procédé de l’électrolyse. Et j’ai alors pu apprendre que l’hydrogène était inflammable, détonnant même. On l’a expérimenté en le concentrant dans une éprouvette et en allumant une allumette. Tardivement, mais mieux vaut tard que jamais, l’utilisation de l’hydrogène comme source n’énergie fait de plus en plus en son chemin.

Par Ghislain Loiselle

Les moteurs à explosion à essence et au diesel pourraient très bien être remplacés à terme par des engins utilisant l’hydrogène comme carburant. Et il y a d’autres utilisations possible pour le premier élément du tableau périodique, pour  l’élément le plus abondant de l’Univers.

Sur YouTube, on peut écouter des petits films sur ce sujet. Celui qui m’a le plus marqué, c’est celui où on fait du feu avec de l’eau. On produit déjà du feu avec de l’eau en produisant de l’électricité grâce aux turbines que les chutes font tourner, mais là je parle de l’eau qui tourne en une flamme contrôlée par le truchement d’un appareil électrique.

En survie en forêt, j’avais été informé qu’on pouvait se servir d’une goutte d’eau ou encore d’un morceau de glace comme loupe et ainsi allumer un feu. Ici, on fait intervenir directement le Soleil.

Mais la petite vidéo que j’annexe ici parle d’une toute autre façon de  faire du feu avec de l’eau. On y explique qu’avec un appareil à électrolyse qui se branche dans une prise de courant de maison (110 volts), on peut remplacer l’acétylène et le gaz propane par de l’eau afin d’obtenir une flamme douce facilitant la soudure à l’aluminium, par exemple. Écoutez ça! C’est vraiment fascinant. D’autres documents vidéos traitant de l’utilisation de l’hydrogène sont également passionnants à écouter. Notre monde évolue. Et, même si elles prennent souvent du temps, voire beaucoup de temps, à débloquer, certaines idées finissent toujours par faire leur bonhomme de chemin. L’hydrogène, cette énergie propre (son déchet est de l’eau…), ne peut rester encore bien longtemps inutilisé par le commun des mortels. On s’en sert déjà en aéronautique pour propulser des fusées à grande vitesse. Il y a peut-être de l’argent à faire avec les énergies fossiles comme le pétrole, mais le gros bon sens doit prédominer, surtout compte tenu de notre production de carbone, lequel s’ajoute à celui produit naturellement sur Terre.

Ce qui est curieux, c’est qu’à partir de l’eau, on peut faire de l’hydrogène, grâce à l’utilisation de l’électricité, mais qu’avec de l’hydrogène, on peut faire de l’électricité et l’emmagasiner dans des piles de plus en plus performantes pour l’entreposage de l’énergie électrique.

Autre chose fascinante en lien avec les énergies insoupçonnées dans la nature : le plasma. Là, c’est l’air qu’on emploie pour faire du feu, toujours avec le concours de l’électricité. Informez-vous sur la torche au plasma. Vous verrez comme l’être humain a évolué depuis la révolution industrielle. Et comment tout ce qu’il découvre se trouve simplement dans la nature, généreusement disponible.

Bonne écoute!