Samuel Fillion Doiron

Étudiant en Enseignement de l’univers social et de l’éthique et culture religieuse au secondaire, vice-président régional de la Capitale Nationale et de Chaudière-Appalaches au Parti conservateur du Québec.

BLOGUE Quand le sage pointe la lune, le fou regarde le doigt

Chef a domicile

Vous connaissez cette expression? Vous savez ce qu’elle veut dire? Obi-Wan Kenobi l’a très bien résumée dans l’épisode IV de Star Wars en disant « l’œil ne voit que la surface des choses ». Je me dis que ces paroles s’appliquent extrêmement bien au contexte actuel dans les débats du Québec et même du Canada.

Quand on propose un pipeline plus sécuritaire qu’un bateau ou un train pour transporter le pétrole et éventuellement enrichir notre économie, créer de l’emploi et peut-être, potentiellement, investir dans les énergies vertes avec cet argent, on n’y voit qu’une nuisance à l’environnement et des risques, risques qui sont présents de toute façon dans tout ce qui implique l’exploitation des ressources naturelles.

Quand on dit que le salaire minimum à 15$ est une mauvaise idée, car les PME en seront les premières affectées, que les entreprises trouveront des moyens de couper des postes par la robotisation et que les prix augmenteront, ne laissant pas davantage d’argent dans les poches des autres, on n’y voit qu’une insensibilité aux conditions de vie des gens plus pauvres et on n’y voit qu’une défense aveugle du méchant système capitaliste et des méchants patrons.

Quand on dit que d’ajouter dans la loi sur les normes du travail une semaine de vacances de plus par année et une journée de congé hebdomadaire engendrera des coûts pour les entreprises, surtout les plus petites, on y voit, encore une fois, une défense des corporations et des patrons.

Quand un parti balance le budget de l’État et fait des coupures afin de remettre les finances publiques en bonne santé avant d’investir dans les programmes sociaux, la santé et l’éducation, on n’y voit qu’une bande d’insensibles qui ne pensent qu’à l’argent et qui ne se soucient pas de l’avenir de la société.

Quand un chef de l’opposition officielle vote contre un budget parce qu’il y plusieurs aspects dedans qui le dérangent, mais qu’il y a une baisse de taxes, on n’y voit qu’un chef de l’opposition qui s’oppose à une baisse de taxes, mais on ne voit pas il s’oppose à quoi d’autre. Idem quand un parti vote contre une baisse d’impôts pour la classe moyenne, parce qu’elle ne balance pas financièrement et parce qu’elle engendre des coûts trop élevés pour le moment; on ne voit qu’un parti qui s’oppose à une baisse d’impôts.

Quand un parti est pour le troisième lien et contre un projet de transport en commun lourd et structurant et qu’il pense qu’il faut plus de stationnement pour les voitures à certains endroits, on n’y voit rien de plus que des gens qui favorisent les voitures, qui haïssent absolument tout ce qui touche au transport en commun et qui sont contre l’environnement.

Quand un parti fait la promotion de l’anglais et du bilinguisme afin de rendre plus faciles les échanges avec les différentes personnes avec lesquelles la mondialisation et le multiculturalisme nous mettront en contact, on n’y voit que des colonisés qui sont contre le français et qui veulent que le Québec devienne anglophone.

Bref, quand la droite pointe la lune, la gauche regarde le doigt.