Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Dix dates n’ont jamais existé dans l’Histoire!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 119 autres abonnés

Le calendrier grégorien est toujours en vigueur de nos jours.

Dix dates n’ont jamais existé dans l’Histoire de l’humanité, du moins dans les pays catholiques. Celles allant du 5 octobre au 14 octobre 1582 inclusivement!

Par Ghislain Loiselle (blogueur)

ghislainloiselle.blogspot.com

C’est qu’en adoptant le calendrier grégorien, on a dû retrancher 10 jours du calendrier julien. On est donc directement passé du 4 au 15 octobre, en 1582.

Quel était le problème, pour qu’on en vienne à changer de calendrier? C’était pour rétablir la concordance entre le calendrier et les saisons.

Pour réaliser un calendrier, il faut d’abord connaître le nombre exact de jours dans une année, puis inventer un système pratique permettant d’en rendre compte. Or, il n’y a pas un nombre entier de jours dans une année. L’année dure 365 jours et un quart. C’est ce quart de jour qui complique les choses!

En 45 avant Jésus-Christ, Jules César avait commandé une réforme du calendrier romain primitif qui suivait les phases de la Lune le plus possible et créait la confusion à cause d’un 13e mois devant être inserré tous les trois ans environ. À la demande de César, donc, l’astronome Sosigène d’Alexandrie a conçu un calendrier dont les mois ne suivaient plus les phases de la Lune et comptait 30 ou 31 jours, sauf le dernier mois de l’année romaine, février, qui en comptait 28 ou 29. L’année romaine commençait en effet le 1er mars.

Les années avec un mois de février comportant 29 jours sont dites bisextiles à cause du 66 de 366 jours. Le calendrier julien insérait une année bisextile à tous les quatre ans sans exception, ce qui donnait une année moyenne de 365,25 jours sur quatre ans. Mais la question du calendrier n’était pas tout à fait réglée, car l’année vaut exactement 365,2422 jours. En fait, la Terre prend 365,2564 jours pour faire le tour du Soleil par rapport aux étoiles, soit une année dite sidérale. Mais en raison de la  »précession des équinoxes », un calendrier ajusté sur ce rythme dérive selon un cycle de 26 000 ans. Par exemple, si c’est l’été dans l’hémisphère Nord le 21 juin, dans 13 000 ans, ce sera l’hiver, car l’axe de la Terre aura alors accompli la moitié du grand cercle qu’il décrit dans le ciel dans son mouvement de toupie débalancée.

Pour tenir compte de cette précession, on retranche  1/26 000e à l’année (une année sur 26 000), ce qui donne ce que les astronomes appellent l’année tropique ou solaire, soit 365,2422 jours. C’est selon ce cycle que reviennent les saisons. C’est donc ce qu’un calendrier idéal doit chercher à reproduire.

Or, la différence entre l’année du calendrier julien et l’année tropique ou solaire équivaut à un jour tous les 128 ans. Ainsi, au XVIe siècle, le décalage entre ce calendrier et les saisons était rendu de 10 jours. Le pape de l’époque , Grégoire XIII, a constaté qu’à ce rythme, on allait éventuellement fêter Noël au printemps.

L’usage avait établi que toutes les années divisibles par 4 allaient être bisextiles, bref, comporter 366 jours. Grégoire XIII a donc commandé une réforme du calendrier julien et dès lors, les années qui allaient se terminer par deux zéros et qui n’allaient pas être des multiples de 400 (les années 1700, 1800, 1900, 2100, etc.) n’allaient dorénavant plus être bisextiles. Cette modification a ramené l’année moyenne à 365,2425 jours, une différence, par rapport à l’année tropique, d’à peine un jour tous les 3300 ans. On s’approchait de l’idéal.

Pour ne pas être en reste, les astronomes d’aujourd’hui ont déjà pensé au suivi. Les années multiples de 4000 (l’an 4000, l’an 8000, l’an 12 000….) ne seront pas bisextiles, donnant une année moyenne de 365,24225 jours et maintenant la concordance avec l’année tropique ou solaire à un jour près pour les prochains 20 000 ans. On est drôlement proche du cycle de 26 000 ans, soit la durée que prend notre planète pour décrire son cercle dans le ciel étoilé en faisant son mouvement de hula hoop.

Fait à noter, l’Angleterre et ses colonies ne se sont  »converties » au calendrier grégorien qu’en 1752, la Chine en 1911 et la Russie en 1917. L’Église orthodoxe grecque est restée fidèle au calendrier julien. C’est pourquoi elle fête Noël le 7 janvier. Le calendrier grégorien est le plus répandu dans le monde.