Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE Huit bûcherons chutent du haut d’un grand sapin… en canot!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 124 autres abonnés

Ils arrivaient d'une veillée, fort loin de là.

Au Québec, huit bûcherons portés disparus ont été retrouvés le lendemain de la veille par des collègues au pied d’un grand sapin, non loin de leur camp de chantier, en pleine forêt.

Par Ghislain Loiselle, blogueur

ghislainloiselle.blogspot.com

 »Nous croyons qu’ils ont été  »victimes » d’une bonne cuite », ont dit leurs confrères de travail.

Mais les disparus-retrouvés ont expliqué ce qui leur est vraiment arrivé.

Ils avaient demandé à Satan de les conduire, dans les airs, à bord d’un grand canot, jusqu’à Lavaltrie, dans la région de Lanaudière, où ils allaient pouvoir retrouver leurs femmes ou leurs blondes, une joyeuse compagnie pour boire et danser à la veillée du Jour de l’an. C’est ce qui s’est passé. L’aller s’est effectué sans incident et le groupe a eu bien du plaisir. Mais, au retour, le pilote ivre-mort a heurté le flanc d’une montagne, après avoir évité de justesse la croix d’un clocher. La grande embarcation s’est ensuite écrasée en plein bois, non loin de là où on les a découverts.

Voilà l’essentiel d’une légende consignée par Honoré Beaugrand et intitulé la Chasse-galerie. Cet écrivain québécois a en fait fidèlement rapporté, à quelques détails près, un récit transmis par la tradition orale au Québec.

On doit trois légendes recueillies par Beaugrand qui s’intéressait au folklore et recueillait également des contes. Ses deux autres récits entrant dans la définition légendes sont le Loup-garou et la Bête à grand’queue.

Les écrits d’Honoré Beaugrand qu’on peut classer sous le titre générique de contes constituent la part la plus importante de son oeuvre littéraire.

Une station de métro, à Montréal, porte son nom.