Pierre-Hugues Boivenu

Originaire de l’Abitibi, Pierre-Hugues Boisvenu possède un baccalauréat en psychopédagogie et une maîtrise en administration publique. il a œuvré plus de 30 ans dans l’administration publique québécoise comme haut fonctionnaire et sous-ministre. En tant que sénateur, il œuvre à renforcer la législation et les droits des victimes dans le système judiciaire canadien. Il souhaite pouvoir également faire adopter la Charte des droits des victimes au cours de son mandat.

La lutte au proxénétisme doit progresser malgré que le gouvernement Trudeau souhaite réduire les peines

Sénateur Pierre-Hugues Boisvenu

Il y a plusieurs mois, je saluais le travail du corps policier de la Ville de Longueuil qui mène des enquêtes de proxénétisme, lesquelles sont souvent ardues à mener et la collaboration des jeunes filles est généralement très difficile à obtenir.

Bien souvent, les gangs de rue font du métro leur quartier général et c’est ce qui est arrivé l’été dernier à Longueuil. De cette situation, le Service de police de l’agglomération de Longueuil a usé d’un moyen pour les chasser en mettant sur pied leur projet GAMMA pour lutter contre le proxénétisme.

Ce terrible fléau, qui continue de prendre de l’ampleur et qui surtout fait de plus en plus de victimes, doit être freiné. Pour se faire, les victimes doivent se sentir au cœur de cette volonté en sachant qu’elles seront protégées lors des dénonciations et que les proxénètes seront sortis des rues pour des périodes d’emprisonnement significatives.

Malheureusement, cela risque de ne jamais se produire puisque Justin Trudeau a affirmé que d’imposer des sentences consécutives aux proxénètes reconnus coupables de traite de personnes est  »trop cruel ». Il souhaite donc retirer de la loi C-452 adoptée par l’ancien gouvernement conservateur, avec sa nouvelle mouture dans son projet de loi C-38, la notion d’imposer de peines consécutives aux proxénètes reconnus coupables et ayant fait plusieurs victimes.

Il est inacceptable qu’un Premier ministre se préoccupe davantage du bien-être des criminels que du soutien et de la protection des victimes de ces derniers.

On le constate, avec les libéraux, les criminels peuvent agir en paix, car ce gouvernement oublie les victimes.

Merci pour vos commentaires et partages.