Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

L’hiver finit dans moins de 30 jours!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 119 autres abonnés

Il reste moins de 30 jours d’hiver. C’est presque rien quand on sait que cette saison dure le quart d’une année, soit presque 90 jours. Et puis, comme je l’ai toujours dit, le principal signe annonciateur du printemps, eh bien, c’est l’hiver!

Par Ghislain Loiselle, blogueur

ghislainloiselle.blogspot.com

Dès le début du solstice d’hiver, on devrait se séjouir, car c’est à ce moment que les jours se mettent à rallonger.

Depuis plusieurs jours, il fait clair même rendu à 18 h. Et le matin, à 7 h, il ne fait plus noir. On voit de plus en plus de glaçons le long des corniches. Les rayons de soleil sont de plus en plus directs, traversant une moins grande épaisseur d’atmosphère avant de nous parvenir, générant du même coup plus de chaleur. Dans les maisons, le jour, le soleil passant à travers les vitres produit assez de chaleur pour nous éviter de chauffer nos demeures. Dans la nuit du samedi 10 au dimanche 11 mars, on va avancer l’heure. De la  »dentelle » commence à se former sur les congères et les bancs de neige, le long des artères, en forêt, un peu partout. L’eau commence à ruisseler dans les rues et chemins.

La neige fond autour des surfaces sombres. L’asphalte et le béton se voient dégagés de la glace. On a de moins en moins besoin de brancher notre chauffe-moteur. L’auto prend moins de temps à réchauffer. Les grands froids tirent à leur fin s’ils ne sont pas déjà pratiquement finis. Les catalogues printemps-été sont disponibles depuis un bout. Les commerces changent leurs inventaires. Le port de vêtements de froid extrême devient plus rare. Des orgues de glace se forment sur le roc le long des routes, présentant de belles couleurs bleues et turquoises, notamment dans la réserve La Vérendrye, sur la route Transcanadienne 117. Ou en pleine nature, entre autres sur les parois rocheuses de la baie Caron, ce lac de Bellecombe.

Les corbeaux s’en donnent à coeur joie, volant en suivant les mouvements du vent. Les écureuils sortent, quand il fait beau. On assiste à une plus grande déperdition de neige au sol. Il neige, certes, à travers cela, mais il ne neige que lorsqu’il fait doux. C’est une règle climatique. Comme la couverture nuageuse assure de l’air moins froid. Et qu’est-ce que ce sera lorsque le 21 mars, le printemps, surviendra?! Gardons toutefois à l’esprit que nous nous trouvons entre les 46e et 49e parallèle, en Abitibi-Témiscamingue. Dans deux mois (quatre sont déjà derrière nous), on entrera dans la grande saison sans neige qui, à notre latitude, va de début mai à fin octobre. Il y a un décalage, ici, si près du Nord, en effet. En attendant, profitons de ce qui reste de l’autre grande saison, la blanche, celle de la neige.