Dixquatre.com est une plate-forme d’information rapide et axée sur les faits-divers et le commentaire. Nous sommes une équipe de passionnés qui a le désir de vous informer sans contrainte et manipulation de quiconque. Notre seul objectif est de vous transmettre les faits tels qu’ils sont.

Maniwaki : les agents de Garda étaient en mesure d’intervenir

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 489 autres abonnés

 

 

 

 

Garda Amos archive

Rappelons que le 31 janvier dernier au palais de justice de Maniwaki, Steven Bertrand a été atteint d’une balle à la tête au terme d’une altercation avec un constable spécial. Ce constable avait quant à lui été blessé à la tête avec un bâton téléscopique.

Selon un article de La Presse paru le 12 février :

Le mandat confié à Garda prévoyait que les agents devaient « assurer l’encadrement physique des prévenus à tous les niveaux ».

Garda Amos archive

Le ministère de la Sécurité publique s’est quant à lui contenté de souligner qu’« aucune directive n’interdit aux agents d’intervenir lors d’une altercation ».

École nationale de police

Toujours selon l’article de La Presse, monsieur Frank Perales, président du Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec (SCSGQ), mentionne que dans l’accident de Maniwaki, il ne fait aucun doute que les agents de sécurité ont failli à leur tâche. Il explique que, dans la vidéo, nous entendons le constable demander de l’aide et personne n’est intervenu.

Monsieur Perales explique également que, comme tous les citoyens, un agent de sécurité se doit de porter assistance si une personne lui demande de l’aide, bien évidemment si cela ne met pas sa vie en danger. Au nombre d’agents qui se trouvaient sur place, le jeune aurait pu être maîtrisé et ce malheureux événement évité.

Une enquête est toujours en cours par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI).