Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE | Êtes-vous chasseur de météorites?

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 489 autres abonnés

 

 

 

 

Les météorites sont souvent ferreuses et collent donc à l'aimant.

Croiriez-vous que vous pourriez avoir la chance de trouver des météorites dans la croûte terreuse qui peut s’être formée dans les gouttières de votre toiture au fil des ans?

Par Ghislain Loiselle, blogueur

ghislainloiselle.blogspot.com

Ce pourrait bien être le cas. Munissez vous d’un aimant et passez le dans cette terre, cette boue, une fois qu’elle est sèche. Vous retirerez peut-être alors, collés à votre aimant, un grand nombre de particules noirâtres, souvent rondes ou arrondies.

Vous pourriez alors vous retrouver en possession de météorites captées par le toit de votre maison, aussi petites soient-elles, et vous seriez alors sans doute ému en songeant qu’elles ont l’âge de notre planète :  4,6 milliards d’années.

Elles collent à l’aimant

La garantie qu’il s’agit d’une météorite est notamment son magnétisme. Les météorites prouvent que la matière cosmique est constituée avec les mêmes éléments identifiés sur la Terre. Les éléments qu’une météorite contient le plus abondamment sont le fer (72 %), qui répond à l’aimant, l’oxygène (10 %), le nickel (6 %), le silicium (5 %) et le magnésium (4 %).

Cherchez et vous trouverez

Le chasseur de météorites distingue les chutes de météorites (celles qu’on a vu tomber sur Terre et qu’on a retrouvées peu après leur impact avec le sol) des trouvailles, c’est-à-dire des météorites découvertes par hasard sans que leur chute soit observée. Par hasard… En fait, il cherche, donc il a espoir de trouver, souvent grâce à des appareils capteurs de métal. Un homme que je connais m’a affirmé, aujourd’hui (16 mars), lorsque je lui parlais des météorites, avoir déjà trouvé une météorite de bonne grosseur avec son détecteur, mais qu’il ne savait pas alors qu’il avait en main cette roche extraterrestre. « Elle était plutôt arrondie, noire, avec comme des trous dedans, un peu comme une balle de golf. C’était aussi sa grosseur. Et elle collait à l’aimant. Moi qui recherchais des artefacts avec mon instrument, je me demandais bien pourquoi cette pierre bizarre collait », m’a-t-il dit.  »J’ai fini par la jeter. Si j’avais su… », a-t-il confié.

Mais d’où viennent-elles?

La Terre est sans cesse bombardée de météorites de toutes grosseurs.

Comment peut-il y avoir autant de météorites? C’est que la Terre rencontre en une seule journée des milliards de météorites représentant de 4 à 6 tonnes de matière. Les météorites ou leurs débris atteignent  en grand nombre le sol, mais leur vitesse est réduite, ce qui, joint à leur petitesse, les fait passer inaperçues. La plupart des étoiles filantes sont d’infimes grains de poussière. Tous ces corps confirment aussi que l’espace est loin d’être totalement vide. On retrouve quatre types de météorites : les sidérites, les pierreuses, les sidérolithes, et les asidérites. Elles peuvent provenir de la ceinture d’astéroïdes qui gravitent autour de l’Astre du jour entre Mars et Jupiter. Des comètes peuvent aussi générer des météorites en se fractionnant. En 2016, il y a plus de 54 000 météorites classifiées (nom officiel validé) par la Meteoritical Society qui publie chaque année un catalogue des nouvelles météorites analysées, le Meteoritical Bulletin. Ce nombre augmente d’environ 1 500 chaque année. On parle ici de météorites non microscopiques.