Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE | Le tatouage est populaire et n’est plus que « black & blue »

Pour plusieurs, les tatouages, c'est comme une drogue. Ils n'en ont jamais assez. Aussi doivent-ils se raisonner pour mettre de l'équilibre dans leur passion.

Le noir est toujours la  »couleur » la plus populaire dans les tatouages et il y a de très bonnes raisons à cela.

Par Ghislain Loiselle, blogueur

ghislainloiselle.blogspot.com

C’est le noir qui donne les résultats les plus visibles, voilà en partie pourquoi.

Une fois que les intéressés ont pris la décision de faire le « grand saut » en se faisant tatouer, elles veulent évidemment faire voir leur tatouage ou leurs tatouages, souvent, pour ceux exécutés sur leurs parties corporelles plus publiques. On opte donc pour le  »black… & blue ». Parce qu’il ressort davantage, je le répète.

On est alors très bien servi, afin d’être vu, pour exiber fièrement notre passion, partout où on va.

Bleu, vraiment?

Ceci dit, pourquoi les tatouages sont-ils généralement bleus, avec quelques touches de rouge ici et là? En fait, la plupart des tatouages ne sont pas bleus. Le pigment, constitué de carbone, est noir comme le jais. Mais comme il est injecté sous la peau, les tatouages nous paraissent bleus à cause de la juxtaposition du noir et de la couleur de l’épiderme qui, chez les Blancs, va de l’ivoire au bronze.

Même si cette mode ne plaît pas à tout le monde, le tatouage est populaire et depuis longtemps. Je vois un peu ça comme des arts et spectacles. Une chose est sûre, ça relève de la culture… personnelle.

Ce n’est pas trop mon « trip »

Personnellement, je n’en ai aucun et je crois bien que je n’en aurai jamais. À moins qu’on me tatoue de force, ha ha! Comme certains font des graffitis sans consentement. Chez les autres, ça ne me déplaît pas. Mais je n’aime pas trop chez les filles. Je respecte, cependant. En autant que ça ne soit pas excessif, c’est pas pire que d’autres modes. Sauf que, pour le vêtement, ça s’enlève facilement et sans coûts.

Toute la palette de couleurs

À moins que ça ait changé, le rouge est la deuxième couleur la plus demandée. Mais les tatoueurs ont à leur disposition une vaste palette de coloris prêts à l’emploi. On a maintenant l’embarras du choix à tous les prix.