Pascal Bergeron
Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

Les changements climatiques sont sexistes

C'est ce qu'a affirmé la ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, dans un tweet qui a été moqué par les internautes.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 124 autres abonnés

Du 7 au 9 mars, un événement tenu par le journal The Economist, le Sommet mondial de l’océan 2018, a eu lieu à la Riviera Maya, au Mexique. L’objectif était d’amener des gens de divers secteurs afin qu’ils trouvent une façon de balancer « l’activité humaine avec la santé à long terme de l’océan », qu’ils jugent en danger notamment à cause des dits changements climatiques.

L’une des invitées fut la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna. Alors qu’elle était à l’événement, elle a envoyé un message sur Twitter où elle indiquait qu’il fallait considérer les « impacts genrés des changements climatiques sur les femmes, les filles et les enfants ». Elle a ajouté : « Je suis fière que le Canada forme plus de femmes négociatrices pour qu’il y ait plus de voix féminines à la table. »

Ce faisant, Mme McKenna reprenait le langage de l’Organisation des Nations Unies (ONU), qui, dans son Programme 2030, indique que tout doit être analysé selon le « principe de l’égalité des sexes ». L’un des objectifs du Programme 2030, tel qu’indiqué par The Economist, est justement de « conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines ».

Sur Twitter, le commentaire de Mme McKenna n’est pas passé inaperçu. Ainsi, un internaute a écrit : « Est-ce qu’il pleut et neige différemment sur les hommes versus les femmes, les filles et les enfants dans votre monde ? Comment allez-vous négocier ces différences avec les dieux du climat ? » Un autre a renchéri : « Ne réalisez-vous pas que les femmes voient au travers de votre condescendance et réalisent que vous tentez d’obtenir leurs votes ? »

Ce n’est pas la première fois que Mme McKenna fait un tel lien entre les changements climatiques et la cause des femmes. À un moment, elle avait clamé sur Twitter que le « déni du [réchauffement climatique] et la misogynie semblent malheureusement aller de pair ». Les réactions avaient été tout aussi fortes. Un internaute avait lancé : « Si nous sommes en désaccord, nous sommes des misogynes ? Je suis en désaccord parce que vos politiques ne fonctionnent pas. »

Source de l’article : Le Peuple
Source de la photo : Chatham House,  Flickr, CC BY 2.0