Pascal Bergeron
Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

L’Inde en colère contre le gouvernement Trudeau

Le gouvernement accuse l'Inde d'être responsable de la débâcle de Justin Trudeau, ce qu'elle a démenti mercredi.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 124 autres abonnés

Mercredi, le gouvernement indien a publié un court communiqué afin de démentir « catégoriquement » toute implication dans l’affaire Jaspal Atwal.

Rappelons que M. Atwal, un extrémiste sikh, avait été invité à un dîner avec le premier ministre lors d’un événement officiel à New Delhi, le 22 février. L’invitation avait été annulée, mais M. Atwal avait eu le temps de participer à un événement culturel à Mumbai, le 20 février, auquel était présente l’épouse du premier ministre, Sophie Grégoire.

Or, un responsable du gouvernement, qui a tenu à garder l’anonymat, a soutenu que toute cette mise en scène autour de la présence de M. Atwal aurait été orchestrée par des éléments du gouvernement indien pour que celui-ci se distancie du Canada, trop proche, selon eux, des séparatistes sikhs. Justin Trudeau a refusé de prendre ses distances avec ces accusations.

Le porte-parole du ministère des Affaires extérieures de l’Inde, Raveesh Kumar, a déclaré par voie de communiqué que ce genre de suggestion était « sans fondement » et « inacceptable ».

Débats en Chambre

À la Chambre des communes, le Parti conservateur a martelé Justin Trudeau sur ce sujet. Son chef, Andrew Scheer, a déclaré : « L’incompétence du premier ministre a sérieusement nui aux relations du Canada avec le pays démocratique le plus peuplé au monde, qui est une puissance montante en Asie. Le premier ministre se montrera-t-il responsable et nous fournira-t-il enfin une preuve de sa théorie du complot ? »

Dans un premier temps, M. Trudeau a évité la question en défendant « l’indépendance, le professionnalisme et l’impartialité des fonctionnaires canadiens ». Puis, il a changé de sujet et a affirmé qu’il fallait plutôt « se concentrer sur les Canadiens ». Il a notamment rappelé l’octroi de 10 millions de dollars en soutien du revenu pour les travailleurs. « Nous avons écouté les travailleurs saisonniers et nous sommes en train de remplir nos promesses », a-t-il conclu.

Interloqué, le député conservateur Pierre Paul-Hus a lancé : « [C]’est fantastique ! Les citoyens et les Canadiens qui voient cela aujourd’hui comprennent que le premier ministre ne prend rien au sérieux au Canada. »

Une amitié encombrante ?

Dans tout cela, M. Atwal assure être un ami de Justin Trudeau, ce que le bureau du premier ministre nie entièrement. Toutefois, des médias ont mis la main sur deux photographies de Justin Trudeau en compagnie de M. Atwal. M. Atwal a aussi été vu en présence de Michael Ignatieff et de Bob Rae, deux anciens chefs du Parti libéral du Canada.

Source de l’article : Le Peuple
Source de la photo : CC0