Pascal Bergeron
Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

Le Québec doit recevoir plus d’immigrants, dit M. Couillard

Il aimerait aussi que ces immigrants s'installent de plus en plus dans les régions et non juste à Montréal.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 124 autres abonnés

Le 2 mars, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a participé à une entrevue avec le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ). Durant celle-ci, il a été notamment question de l’immigration, et M. Couillard a été clair : le Québec doit maintenir ses seuils annuels d’immigration et, si possible, il doit même les augmenter.

Le premier ministre a toutefois admis qu’il était mal avisé de parler de l’immigration en matière d’« ouverture » et d’« inclusion », car cela divisait les gens d’une façon qu’il n’avait pas anticipée initialement. C’est pourquoi, désormais, il préfère en parler en matière de croissance économique : le message est, selon lui, plus unificateur.

D’ailleurs, ces immigrants ne doivent pas se limiter à Montréal, a-t-il dit : ils doivent s’installer dans les régions – et en grand nombre. Ce faisant, M. Couillard a repris le message que son ministre de l’Immigration, David Heurtel, avait martelé tout l’automne lors de sa tournée régionale : les immigrants sont essentiels pour l’économie du Québec. Des experts, toutefois, en doutent et prônent des solutions différentes.

En outre, M. Couillard a relativisé la nécessité de connaître le français dès l’arrivée au Québec. Il a affirmé qu’une langue, « ça s’apprend », et que la façon la plus efficace de le faire n’était pas dans une classe, mais en entreprise. Il a clamé que le travail était le meilleur outil de francisation et d’intégration à la société québécoise.

Rappelons que le Parti québécois (PQ) veut que tous les immigrants aient une connaissance intermédiaire ou avancée du français dès leur arrivée au Québec. Du côté de la Coalition Avenir Québec (CAQ), on souhaite faire passer de 50 000 à 40 000 le nombre d’immigrants que le Québec accueille chaque année.

Source de l’article : Le Peuple
Source de la photo : EJ Hersom,  Wikimedia, CC BY-SA 3.0 (Image modifiée ; Tête de Steven Blaney effacée)