Pascal Bergeron
Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

Un intégriste s’était fait prendre en selfie avec M. Trudeau

Membre de la branche d'Al-Qaida en Syrie, il aurait été impliqué dans l'enlèvement de deux journalistes.

Source de l’article : Le Peuple – Les vrais enjeux

Le 18 décembre 2015, soit deux mois après son élection, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, prenait un égoportrait en compagnie d’un homme soupçonné d’avoir participé avec d’autres Québécois à l’enlèvement de deux journalistes américains en 2013, en Syrie.

C’est l’un des deux journalistes, Matthew Schrier, qui a identifié cet homme sur son compte Twitter mercredi dernier. « Voici l’un des suspects [de mon kidnapping] qui vit librement au Canada et qui prend un  »selfie » avec le premier ministre », a-t-il laissé comme message, accompagné de l’égoportrait de M. Trudeau.

Le suspect en question n’est pas nommé, mais on sait qu’il réside dans la région de Montréal. Or, dans l’édition du 24 juin 2017 de La Presse, la journaliste Michèle Ouimet avait révélé le nom de l’un des suspects de l’enlèvement de Matthew Schrier. Il s’agit de Tarek Sakr, un résident de Laval.

Matthew Schrier avait été kidnappé le 31 décembre 2012 par le Front al-Nosra, affilié à Al-Qaida. Il avait réussi à échapper à ses ravisseurs sept mois plus tard. Entre-temps, ces derniers l’avaient obligé à leur remettre les données concernant ses cartes de crédit. Ils avaient acheté des objets d’une valeur de 17 000 $.

En Syrie, Matthew Schrier dit avoir reconnu l’accent québécois de ses kidnappeurs. De plus, selon La Presse, les objets achetés à l’aide de la carte de crédit du journaliste ont été expédiés à deux adresses : l’une à Westmount, l’autre à Laval, au domicile des parents de Tarek Sakr. Matthew Schrier en rajoute : « J’ai l’adresse des Sakr à Laval sur mon compte eBay », a-t-il révélé à La Presse.

Aucune accusation n’a encore été portée à l’endroit de Tarek Sakr et des autres suspects. Pourtant, les éléments de preuve se sont accumulés au fil du temps. Certains des objets achetés avec la carte de crédit de M. Schrier ont même été saisis au domicile des suspects. Tarek Sakr est non seulement fiché par la GRC, mais il est aussi dans la ligne de mire du FBI.

L’égoportrait de M. Trudeau avait été pris six mois après que la GRC eut perquisitionné au domicile de l’homme qui était en compagnie du premier ministre sur la photographie.

Source de la photo : Facebook