Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE | Avez-vous déjà été témoin de feux follets?

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 530 autres abonnés

 

 

 

 

Les feux follets, ces gaz inflammables, prennent plusieurs formes et couleurs.

Vous est-il déjà arrivé d’apercevoir une petite flamme plus ou moins brève au niveau du sol, dans la nature? Si oui, vous avez peut-être été témoin de ce qu’on appelle un feu follet.

Par Ghislain Loiselle, blogueur

ghislainloiselle.blogspot.com

Il s’agit d’une exhalaison de gaz, de l’hydrogène phosphoré ou de l’hydrogène sulfuré sortant du sol ou de l’eau, spontanément inflammable.

Le nom est formé du mot fol qui signifie fou. Finalement, c’est un peu comme un feu fou.

Précisions

Wikipédia donne la définition suivante, plus élaborée, du feu follet.  »Le feu follet est une manifestation lumineuse ayant l’apparence d’une petite flamme. Ce dernier peut apparaître sous la forme d’une lueur pâle de couleur bleutée, parfois jaunâtre ou vermillon, en forme de flammèche flottant dans l’air à une faible hauteur au-dessus du sol ou de l’eau. La lumière est plus ou moins diffuse, vacillante et brève. Certains feux follets pourraient persister 10 à 30 secondes, voire exceptionnellement plusieurs minutes. Selon des témoins, ils ne produisent pas de fumée ni n’enflamment les objets, ni ne brûlent les herbes avec lesquelles ils sont en contact. Ils ont beaucoup été observés dans ou autour des marais et surtout dans les cimetières. D’après une explication scientifique, avec le drainage et la régression des zones humides et des forêts inondées, ainsi qu’avec l’enterrement des morts dans les cercueils, il est probable que les feux follets soient devenus plus rares. »

Croyances

On ajoute que  »cette manifestation est connue et décrite depuis une longue période. Elle a longtemps uniquement été vue comme une manifestation d’esprits malins et d’âmes en peine venues sous formes de petites flammes hanter les forêts désertes, les marécages et les cimetières. Elle a fait l’objet d’un folklore important, tant sur l’origine de ces  »esprits » que sur les façons de s’en débarrasser. Plus récemment, des recherches zététiques orientées vers la chimie donnent plusieurs explications scientifiques au phénomène. »