Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE | Quel bonheur d’éplucher des oignons

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 530 autres abonnés

 

 

 

 

Ah les larmes d'oignons!

Si on pleure en épluchant des oignons, ce n’est certainement pas parce que ça nous fait de la peine de sacrifier d’aussi beaux légumes. Ce n’est sûrement pas non plus parce qu’on a ainsi été mis en pénitence.

Par Ghislain Loiselle, blogueur

ghislainloiselle.blogspot.com

C’est de toute évidence parce que ça irrite les yeux, mais pourquoi? À cause de sulfures!

Des sulfures

Des sulfures affectent les yeux et les glandes lacrymales secrètent des larmes en abondance pour débarrasser les précieux organes de la vue de cette substance étrangère indésirable. C’est un réflexe de défense du corps humain.

L’arme des oignons…

Mais d’où diable peut bien venir ce sulfure qu’on pourrait en venir à voir comme l’arme avec lequel l’oignon se défend? Lorsqu’on coupe un bulbe d’oignon, bref, quand on entame la chair d’un oignon, les substances nutritives dont ce légume est rempli apparaissent sous forme de gras. Or, ce gras contient des huiles volatiles à caractère très actif et ce sont ces huiles qui renferment les fameux sulfures irritants. Ils atteignent les yeux sous forme de vapeurs, car le liquide libéré est très volatile. Un picotement douloureux se produit. On se met alors à  »pleurer ».

Pleurer de joie

En fait, les yeux coulent et on pourrait presque dire que ce sont des larmes de joie devant le bon repas qui nous attend.